Macky Sall veut une
APS
SENEGAL-DEVELOPPEMENT-PLAN

Macky Sall veut une "participation plus soutenue’’ du privé au financement du PSE

+++De l’envoyé spécial de l’APS : Amadou Samba Gaye+++

Paris, 18 déc (APS) - Les investissements directs étrangers doivent prendre une part plus importante dans le financement du Plan Sénégal émergent (PSE), pour que l’objectif de 9 % de croissance, visé à travers le Plan d’actions prioritaires (PAP) 2019-2023, soit atteint, a affirmé mardi le chef de l’Etat, Macky Sall.
 
‘’Nous misons sur une participation plus soutenue du secteur privé à la réalisation du PSE 2. Il est clair que nous allons continuer les efforts sur l’infrastructure et sur l’inclusion sociale. Mais si nous voulons maintenir cette croissance, surtout à 9 % tel que nous le souhaitons, il faut que les investissements directs étrangers puissent progressivement prendre le relais’’, a déclaré le président Sall.
 
S’exprimant à l’occasion du Forum des investisseurs privés du Sénégal, le chef de l’Etat a assuré qu’il était prêt à ‘’faire le saut qualitatif’’ devant permettre de mener les réformes nécessaires, pour parvenir à un tel résultat.

Il a toutefois indiqué que le maximum sera fait afin d’’’éviter les projets hors cadrage’’, ainsi que l’’’excès d’offres spontanées’’. ‘’Il faut qu’on parte de ce qui est programmé, de ce qui a fait l’objet d’études et travailler dans ce cadre’’, a souligné le président Macky Sall.
 
Le Sénégal a levé lundi plus de 7356 milliards de francs CFA auprès de ses partenaires techniques et financiers pour le financement de ce plan. Un montant supérieur aux 2850 milliards de francs CFA qu’il était venu solliciter et qui faisait partie du gap de 4684 milliards de francs des besoins de financement du PAP 2.

La Banque mondiale, la Banque africaine de développement et la France ont mis respectivement sur la table 3, 5 milliards de dollars, 2 milliards de dollars et 1, 5 milliard d’euros.
 
 
Le PAP 2 a été élaboré dans le souci d’assurer ‘’une consolidation des progrès enregistrés’’ avec la première phase du PSE. Il ‘’se base sur une analyse des meilleures pratiques tant au niveau national que mondial en termes de transformation structurelle de l’économie et de croissance’’.
 
Le gouvernement souligne qu’il ‘’vient renforcer les bonnes performances macroéconomiques, l’offre en services sociaux de base et accélérer l’éradication de la pauvreté’’.

ASG/AKS