Macky Sall prône des ruptures pour le succès de la ZLECA
APS
AFRIQUE-INTEGRATION

Macky Sall prône des ruptures pour le succès de la ZLECA

Dakar, 24 juin (APS) – Le chef de l’Etat, Macky Sall, a souligné lundi l’urgence pour les acteurs concernés d’opérer des ruptures à tous les niveaux pour réussir la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA).
 
‘’Pour réussir la mise en œuvre du marché commun, il urge d’opérer des ruptures, d’abord au niveau des Etats, ensuite au sein des communautés économiques régionales et enfin au niveau continental’’, a-t-il déclaré.
 
Macky Sall s’exprimait ainsi à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du Forum régional sur le commerce pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale, organisé par la Commission économique pour l’Afrique (CEA), conjointement avec l’Union européenne (UE) et la Commission de l’Union africaine (UA).
 
‘’[Pour] ce qui concerne les Etats, nous devons poursuivre nos efforts pour la dématérialisation des procédures. Sinon, on va perdre du temps, on va parler de ZLECA, on va signer les accords et les mauvaises pratiques vont plomber toute la volonté continentale’’, a-t-il prévenu.
 
Selon Macky Sall, ‘’il faut donc déjà, au niveau de chaque Etat, que les réformes soient engagées pour fluidifier les échanges’’.
 
Pour ce faire, ‘’il faut aussi que les Etats travaillent à renforcer les infrastructures de communication tels que les routes, les chemins de fer ainsi que les ports’’, lesquels, a-t-il dit, ‘’sont les préalables à toute activité commerciale fluide’’.
 
‘’Avec la ZLECA, il faudra changer de paradigmes et ancrer résolument les activités économiques et leur régulation vers des standards de qualité et de compétitivité’’, a martelé Macky Sall.
 
A l’en croire, il s’agit là de véritables défis mais qui sont à portée de toutes les parties prenantes de l’accord portant création de la ZLECA, signé le 21 mars 2018, par 44 Etats membres de l’UA à Kigali, au Rwanda. Depuis lors, huit autres Etats membres ont également signé l’accord et vingt-trois l’ont ratifié, dont vingt-deux ont déjà déposé leurs instruments de ratification.
 
La démarche, a-t-il dit, ‘’pourrait passer par un dispositif institutionnel et technique pertinent qui s’imposerait à toutes les parties prenantes à la ZLECA et qui puisse prévoir l’application des meilleures pratiques d’efficacité, d’efficience, de transparence et de suivi-évaluation de nos politiques commerciales portées dorénavant pour l’essentiel par la ZLECA’’.
 
D’après lui, une telle préoccupation ‘’a été prise en compte par la CEA dans le cadre de son programme de renforcement des capacités des Etats membres dans la mise en œuvre de la ZLECA’’.
 
Il a par ailleurs exhorté les participants à ce forum à enrichir au besoin, dans le cadre de leurs discussions techniques, les modalités d’opérationnalision de la ZLECA.
 
‘’J’engage mon gouvernement à examiner avec la plus grande attention, les conclusions et recommandations issues de vos travaux. Je n’ai nul doute que votre réflexion, constituera une source d’inspiration ainsi qu’une motivation supplémentaire pour relever le défi de l’intégration et réussir le marché commun’’, a-t-il conclu.
 

MK/ASG