Loi d’habilitation : à Fatick, 13 entreprises en règle avec l’ordonnance sur le licenciement et le chômage technique
APS
SENEGAL-TRAVAIL

Loi d’habilitation : à Fatick, 13 entreprises en règle avec l’ordonnance sur le licenciement et le chômage technique


Fatick, 23 avr (APS)-  Quelque treize entreprises de la région de Fatick se sont conformées aux dispositions de l’ordonnance relative au milieu du travail, a-t-on appris de la cheffe du service de l’Inspection régionale du Travail et de la Sécurité sociale, Bousso Guèye. 


’’’Après avoir fait le décompte on s’est retrouvé à treize entreprises qui nous ont notifié des chômages techniques avec payement de 70% du salaire net, avec émargements des travailleurs et des délégués des personnels’’, a confié à des journalistes Mme Guèye, mercredi.


’’Depuis le 8 mars 2020, jusqu’à aujourd’hui, treize entreprises ont respecté les dispositions de la première ordonnance de la loi d’habilitation concernant le travail’’, a-t-elle ajouté. 


’’Pour l’essentiel, a-t-elle précisé, ce sont des entreprises qui évoluent dans le secteur de l’hôtellerie, un secteur qui occupe une place importante au niveau de la région de Fatick’’.


L’inspectrice du travail a souligné que ce sont ces entreprises qui sont le plus concernées par ces mesures et qui se rapprochent davantage de la section du travail pour s’acquitter de ces dispositions.


Elle a rappelé qu’à la faveur de la loi n° 2020-13 habilitant le Président de la République à prendre, par ordonnances, des mesures relevant du domaine de la loi pour faire face à la pandémie du Covid-19, la première ordonnance de cette loi d’habilitation concerne le travail.

Le président de la République a pris une ordonnance pour interdire les licenciements et garantir des revenus aux travailleurs mis en chômage technique durant la pandémie de coronavirus, a annoncé le 10 avril le ministre du Travail, Samba Sy.

L’ordonnance du chef de l’Etat ‘’vise, dans les limites de la durée de la loi d’habilitation, d’une part, à interdire le recours au licenciement, d’autre part, à garantir un revenu au travailleur mis en chômage technique’’, a dit M. Sy lors d’un point de presse.

‘’L’ordonnance comporte des mesures comme l’interdiction, durant la pandémie de Covid-19 et dans les limites de temps de la loi d’habilitation (…) du 2 avril 2020, de tout licenciement autre que celui motivé par une faute lourde du travailleur‘’, a-t-il précisé.

Cette mesure prise par le chef de l’Etat oblige les employeurs à ‘’rechercher, avec les délégués du personnel, des solutions alternatives telles que la réduction des heures de travail, le travail par roulement, l’anticipation des congés payés, le redéploiement de personnel, le travail à temps partiel’’, pour éviter les licenciements, selon Samba Sy.

Le niveau de rémunération d’un travailleur en chômage technique ne saurait être inférieur ni au salaire minimum interprofessionnel garanti, ni à 70 % de son salaire moyen net des trois derniers mois d’activité, a indiqué le ministre du Travail.


Les entreprises qui veilleront au respect de ces décisions bénéficieront des ‘’mesures d’accompagnement’’ prévues par l’Etat pour les employeurs, durant la période de la pandémie de coronavirus. 

L’inspectrice régionale du travail de Fatick, indique qu’à ce jour aucun travailleur ni syndicaliste n’a saisi son service pour dénoncer une entreprise récalcitrante par rapport au respect de ces dispositions.


’’Par contre, a-t-elle indiqué, les travailleurs viennent demander des renseignements sur ces nouvelles dispositions’’.


’’Pendant ce temps, nos services continuent de sensibiliser, de vulgariser ces dispositions auprès des employeurs, et des délégués de personnels en vue de son appropriation’’, a-t-elle souligné. 


 Aux employeurs, elle a rappelé, que ’’toute entreprise qui respecte les dispositions de cette ordonnance peut prétendre à l’accompagnement et l’aide de l’Etat’’.


AB/ASG/OID