Le PIB réévalué de 29, 4 % et arrêté à 9 775 milliards de francs en 2014 (ANSD)
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Le PIB réévalué de 29, 4 % et arrêté à 9 775 milliards de francs en 2014 (ANSD)

Dakar, 21 déc (APS) – Les changement apportés dans la base de calcul du Produit intérieur brut (PIB) ont induit une réévaluation de 29, 4 % de celui de 2014, désormais arrêté à 9775 milliards de FCFA, a appris l’APS de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).
 
"Les changements ont conduit à un nouveau PIB de 9 775 milliards FCFA en 2014, soit une réévaluation 29, 4 % par rapport à son niveau de l’ancienne base (de calcul) en 1999", révèle la structure dans un rapport consacré à l’évolution du PIB annuel du Sénégal.
 
"Cet écart est essentiellement imputable aux améliorations des sources et méthodologies et aux changements induits par l’adoption du système de comptabilité nationale (SCN 2008)", souligne le document rendu public vendredi.
 
La nouvelle base (de calcul) intègre la production de la pêche continentale, de l’aquaculture et d’eau en milieu rural. Elle prend en considération les résultats du Recensement général des entreprises (RGE) de 2016, précise l’ANSD.
 
Elle prend également en compte les résultats de l’Enquête nationale sur les unités de production informelle du Sénégal (ENUPIS) de 2016, l’Enquête de suivi de la pauvreté au Sénégal (ESPS) de 2011 complétée des données de l’enquête "Listening to Senegal" (L2S) de 2014.
 
S’y ajoute l’Enquête annuelle agricole extrapolée à partir des ménages agricoles du Recensement général de la population et de l’habitat, de l’agriculture et de l’élevage (RGPHAE) de 2013.
 
Elle a aussi pris en compte les nouveautés du SCN 2008 pertinentes pour l’économie sénégalaise, notamment le traitement de la recherche et développement, le mode de calcul du Service d’intermédiation financière indirectement mesuré (SIFIM) et sa ventilation en emplois, fait-on savoir de même source.
 
Le calcul de la production de l’assurance non-vie (dommage) à partir des indemnités ajustées et la production non marchande de la Direction nationale de la BCEAO pour le Sénégal, figure également dans la nouvelle base de calcul, indique l’ANSD dans son rapport.

AKS/ASB