Protection sociale et résilience, axes du nouveau plan stratégique du PAM pour le Sénégal
APS
SENEGAL-DEVELOPPEMENT

Protection sociale et résilience, axes du nouveau plan stratégique du PAM pour le Sénégal

Dakar, 2 nov (APS) - Le nouveau plan stratégique que le Programme alimentaire mondial (PAM) compte dérouler au Sénégal entre 2019 et 2023, sera axé principalement sur des programmes de protection sociale et de résilience transformative basés sur le genre, pour un budget total de quelque 65 milliards de francs CFA, soit 74,8 millions de dollars, a-t-on appris de l’organisme d’aide alimentaire de l’ONU.

"Le PAM a estimé la nécessité d’un budget de 74, 8 millions de dollars, actuellement financé à 15% dans le cadre de son nouveau plan stratégique du PAM au Sénégal pour 2019-2023", a déclaré Lena Savelli, sa directrice au Sénégal, lors d’un atelier de présentation du plan stratégique pays que la PAM compte mettre en œuvre au Sénégal (2019-2023).
 
Selon Mme Savelli, l’approche de ce nouveau plan stratégique "sera axée sur des programmes de protection sociale et de résilience transformatives basés sur le genre". 
 
Elle précise qu’il sera "fortement rattaché aux objectifs déclinés dans la deuxième phase du Plan Sénégal émergent PSE)", un ensemble de projets et de programmes de développement visant à permettre au Sénégal d’atteindre l’émergence à l’horizon 2035.
 
"Ce nouveau plan stratégique du PAM au Sénégal est le résultat des échanges fructueux nourris entre tous les acteurs pour passer au peigne-fin les politiques et programmes menés au Sénégal dans le but de mettre en place une bonne stratégie afin d’atteindre les ODD d’ici 2030", a-t-elle indiqué.
 
Mayacine Camara, coordonnateur de la planification et des politiques économiques au ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, se dit de son côté convaincu que "les axes programmatiques qui y sont proposés sont en phase’’ avec les points 2, 1 et 10 des Objectifs de développement durable des Nations unies (ODD).
 
Ces différents points concernent l’élimination de l’extrême pauvreté et de la faim, l’amélioration de la nutrition, la promotion de l’agriculture durable et la réduction des inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre.
 
La situation de la sécurité alimentaire au Sénégal "a été meilleure en 2017, comparativement aux années 2014 et 2015 même si elle reste en-deçà de ce qui a prévalu en 2013 et en 2016", a souligné M. Camara.
 
Mais "malgré la réduction de 50% de la faim depuis 2017", le Sénégal "se classe au 67ème rang sur 119 pays selon l’indice de la faim dans le monde 2017", a-t-il relevé.
 
Aussi espère-t-il que "les contraintes à la sécurité alimentaire au Sénégal seront sans doute levées avec la mise en œuvre du plan stratégique pour 2019-2023 pour créer les synergies nécessaires entre acteurs et intervenants dans le secteur".
 
 

DS/BK