Stratégies de développement : des élus locaux et OSC veulent jouer leur partition
APS
SENEGAL-ELUS LOCAUX-DEVELOPPEMENT

Stratégies de développement : des élus locaux et OSC veulent jouer leur partition

Dakar, 29 sept (APS) - Des élus locaux ainsi que des organisations de la société civile ont souligné, vendredi à Dakar, le  rôle déterminant qu’ils peuvent jouer dans la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des stratégies de développement.

Ces élus locaux et organisations de la société civile prennent part à un atelier de partage et de pré-validation du rapport national de suivi de la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD). Cet atelier est organisé à Dakar, par le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan (MEFP), en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement.

"Avec leur proximité avec les populations, et leur capacité à sensibiliser et à identifier les besoins des populations, les élus locaux peuvent rendre compte à la base des stratégies nationales de développement", a déclaré le président de l’Union des associations d’élus locaux du Sénégal (UAEL), Adama Diouf.

Il a par ailleurs indiqué que cet atelier devra leur permettre de "s’approprier les ODD, de mieux informer les populations à la base, pour que ces dernières ne soient pas oubliées dans toutes stratégies de développement".

"Formuler des politiques économiques, c’est aussi prendre en considération des aspects de la société, comme l’éducation, la santé, l’agriculture et l’élevage, mais aussi prendre en compte les couches les plus vulnérables", a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs fait part de ses craintes en ce qui concerne l’atteinte de l’ODD 3 qui cible l’éducation pour tous d’ici à 2030. "Si la tendance continue, nous serons à moins de 30% dans l’atteinte des objectifs ciblés dans l’ODD3 à l’horizon 2030", avertit-il.

Pour sa part, le représentant des acteurs de la société civile, Fassory Diawara, souligne la contribution que peuvent apporter les organisations de la société civile aux stratégies nationales de développement . Il a également conseillé d’éviter que les politiques publiques tombent à nouveau dans le syndrome de la Déclaration du millénaire (2000-2015).

"La décision de réduire la pauvreté à moitié formulée lors de la Déclaration du millénaire en 2000 à New York par l’ensemble des Etats n’a pas été atteinte", a rappelé Fassory Diawara.

Cet atelier de partage et de pré-validation du rapport national de suivi de la mise en œuvre des ODD a enregistré la participation de plus de 140 personnes issues des collectivités locales et de la société civile. Il se poursuit jusqu’à samedi.

SMD/ASG/ASB