Le FMI préconise des réformes pour une croissance plus vigoureuse à moyen terme
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Le FMI préconise des réformes pour une croissance plus vigoureuse à moyen terme

Dakar, 3 déc (APS) - Des réformes favorisant les petites et moyennes entreprises (PME) et l’investissement direct étranger (IDE) s’imposent, si le Sénégal veut rester, à moyen terme, dans la ‘’trajectoire de croissance plus vigoureuse’’, dans laquelle elle s’est inscrite.
 
C’est l’une des recommandations formulées par le Fonds monétaire international (FMI), en achevant la troisième revue des résultats économiques du Sénégal dans le cadre du programme appuyé par l’ISPE, et en concluant les consultations de 2016 au titre de l’article IV.
 
‘’Avec la mise en œuvre de la première série de projets du Plan Sénégal Émergent (PSE), le Sénégal s’est placé sur une trajectoire de croissance plus vigoureuse […]’’, relève le FMI dans un communiqué de presse.
 
Cependant, il estime que ‘’pour maintenir cette croissance à moyen terme, il faudra résolument mettre en œuvre des réformes qui permettront de promouvoir les petites et moyennes entreprises (PME) et d’attirer l’investissement direct étranger (IDE), en vue d’assurer une production compétitive à l’échelle mondiale’’. 
 
Le FMI estime que ‘’des efforts continus s’imposent pour renforcer la compétitivité du secteur privé’’. Il juge qu’il est possible d’y parvenir, ‘’notamment en améliorant la transparence du processus de recouvrement des impôts, en abaissant les coûts de l’électricité et en améliorant sa distribution, et en créant un environnement dans lequel les PME et l’IDE pourront concourir à une croissance diversifiée’’. Selon l’institution financière, ‘’c’est ainsi que le secteur privé pourra prendre les rênes de la croissance à moyen terme’’. 
 
Le FMI salue ‘’les efforts de refonte des règles relatives à la zone économique spéciale (ZES), inspirés des meilleures pratiques et entrepris avec la participation d’organismes représentant des investisseurs de Chine, d’Europe, et des États-Unis’’. ‘’Il sera toutefois important que la ZES adopte un régime d’imposition transparent, basé sur des règles faciles à respecter et assorti de taux raisonnables.’’
 
Si ‘’les mesures prises pour intensifier la mobilisation des recettes et rationaliser la consommation des administrations publiques ont contribué à maîtriser les déficits budgétaires’’, il reste que ‘’ces efforts doivent être poursuivis, voire renforcés’’.

Le FMI cite en particulier ‘’la masse salariale, pour assurer un régime plus transparent et plus juste de rémunération des salariés de la fonction publique, et d’autre part, la fiscalité pour renforcer l’équité et l’efficacité du processus de recouvrement des impôts et réduire les dépenses fiscales’’. 
 
‘’Avec des réformes qui assureront le civisme fiscal ainsi que l’équité fiscale, il devrait être possible de mobiliser davantage de recettes, tout en éliminant les mesures fiscales dissuasives auxquelles se heurtent les PME et l’IDE pour entreprendre des activités compétitives au niveau mondial’’, juge le FMI. 
 
‘’Dans le cadre du renforcement de la discipline budgétaire, poursuit-il, le recours à des domiciliations de règlement auprès du système bancaire pour encourager les banques à financer les projets doit être circonscrit dans le cadre budgétaire.’’
 
‘’Le secteur financier doit s’impliquer davantage pour accompagner une croissance impulsée par le secteur privé’’, ajoute-t-il, soulignant que ‘’le contrôle de la commission bancaire doit être renforcé, notamment en vue de réduire les créances non productives’’.
 
 ‘’Aussi, convient-il d’adopter des réformes pour inciter davantage les établissements bancaires à octroyer des crédits.’’

ASG