Le CEDDA veut faire du développement durable un levier des politiques publiques (responsable)
APS
SENEGAL-DEVELOPPEMENT

Le CEDDA veut faire du développement durable un levier des politiques publiques (responsable)

Dakar, 4 nov (APS) - Le Centre Africain pour l’environnement et le développement durable (CEDDA) cherche à faire du développement durable le fil conducteur des politiques publiques, dans le but de contribuer à l’émergence des ressources humaines qualifiées pour l’atteinte des ODD, a assuré mercredi, à Dakar, son directeur des études Ousmane Diao.

‘’Le CEDDA vise à faire du développement durable, le fil conducteur de nos politiques publiques avec pour objectif de contribuer à l’émergence des ressources humaines qualifiées pour l’atteinte des objectifs du développement durable ‘’, a-t-il expliqué, M. Diao, dans un entretien avec l’APS.

Selon lui, ’’le centre mise en priorité sur les acteurs en charge des questions environnementales, de changement climatique, de sécurité, de passation de marchés et d’élaboration des politiques publiques’’.

‘’Si jusqu’au début des années 2000, les décisions d’investissement étaient basées principalement sur des considérations techniques et financières, elles intègrent aujourd’hui davantage la nécessité de préserver les milieux naturels pour un développement durable’’, a expliqué le directeur des études, par ailleurs géographe, spécialiste en Eau, Environnement et société.

Il a rappelé que ’’la sauvegarde environnementale et sociale est devenue une préoccupation suffisamment partagée par les décideurs pour que les partenaires au développement (Banque mondiale, BAD, BOA, etc.) en fassent une exigence pour le financement de certains projets de développement, notamment ceux d’infrastructures’’.

‘’Au niveau opérationnel, la prise en compte des aspects environnementaux et sociaux des projets se fait par l’élaboration et la mise en œuvre des plans de gestion environnementale et sociale (PGES)’’, a-t-il fait savoir.

‘’Or, il apparaît que la plupart des organisations chargées d’élaborer, de mobiliser les financements et de mettre en œuvre les projets de développement (collectivités locales, directions ministérielles, entreprise etc.) ne sont pas suffisamment outillées pour intégrer les prescriptions environnementales et de sécurité dans le cycle de vie des projets’’, a-t-il déploré.

De ce point de vue, il estime que la création du CEDDA ‘’est un salut pour tous ces acteurs de développement’’.

’’Le centre propose des offres de formation dans les domaines des sciences de l’environnement’’, a fait savoir le directeur des études.

‘’L’institut, orienté exclusivement vers les métiers de l’environnement et du développement durable, se veut avant tout un creuset de promotion des compétences avérées permettant d’explorer les opportunités d’emploi liées au développement durable’’, a précisé Ousmane Diao.



 

SG/SBS/MD