Alioune Sarr :
APS
AFRIQUE-COMMERCE-PERSPECTIVES

Alioune Sarr : "La ZLEC va augmenter de moitié le commerce intra-africain d’ici à 2022"

Dakar, 22 mai (APS) - La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC) instaurée par 44 pays d’Afrique va permettre, d’ici à 2022, d’augmenter de plus de sa moitié le volume des échanges commerciaux entre les pays du continent, a assuré, mardi, à Dakar, le ministre sénégalais du Commerce, Alioune Sarr..

"Cette Zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC) permettra une augmentation des échanges commerciaux entre les pays africains de plus de la moitié, vers 2022", a-t-il dit, ajoutant que cette initiative "contribuera de manière significative à la transformation structurelle de l’Afrique" et de son économie.

Alioune Sarr prenait part à une réunion du comité national chargé des négociations commerciales internationales, en présence de membres du patronat sénégalais.

La zone de libre-échange instituée par les Etats africains "devrait, selon les résultats de l’étude d’impact réalisée sur l’économie sénégalaise, se traduire par un accroissement du volume des échanges et une amélioration du niveau de vie des populations", a indiqué M. Sarr.

Selon lui, cette étude "présente des atouts certains pour le Sénégal, dont les exportations sur le plan africain ont considérablement augmenté ces dernières années, passées de 39,27 % en 2011 à 42,7 % en 2015, et à 43 % en 2016".

Si l’on en croit le ministre du Commerce, les négociations menées pour la création de la ZLEC, lancées depuis en juin 2015, ont connu "un tournant décisif", avec la signature du projet de libre-échange par 44 pays, lors d’un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine, le 21 mars dernier, à Kigali, au Rwanda.

"Notre pays a pris part à tous les travaux, depuis le début du processus. Et cette rencontre d’aujourd’hui a pour objectif de consolider les bases de la concertation entre les départements ministériels et le secteur privé, de préparer nos entreprises à la concurrence [et] à la conquête de nouvelles parts de marchés, et d’exploiter toutes les opportunités offertes par la ZLEC", a poursuivi Alioune Sarr.

Il assure que "le renforcement des efforts d’intégration, à travers la ZLEC, permettra au continent de se trouver dans une meilleure position par rapport aux Objectifs de développement durable".

M. Sarr salue "l’esprit de concertation" qui a prévalu lors des discussions en vue de la création la ZLEC. Il a invité le secteur privé sénégalais à "s’approprier pleinement" cette initiative africaine, "par une participation significative aux travaux" du comité national chargé des négociations commerciales internationales.

"Votre participation est fortement attendue, car elle permettra à notre pays de prendre (…) en considération vos préoccupations, notamment au cours des prochaines étapes qui conduiront à l’identification des produits et des services à libéraliser et ceux qui seront exclus" du libre-échange intra-africain, a dit le ministre du Commerce aux chefs d’entreprises sénégalaises.

Une dizaine de pays, dont le Nigeria, ont émis des réserves sur les attentes de cette zone de libre-échange à laquelle ils n’ont pas encore adhéré.

SKS/ESF/BK