Plaidoyer pour une appropriation de la zakat
APS
SENEGAL-RELIGION-SOLIDARITE

Plaidoyer pour une appropriation de la zakat

Dakar, 16 avr – La directrice générale de la Haute autorité du Waqf (HAW), Oulimata Diop, a souligné, mardi à Dakar, la nécessité d’une appropriation de la zakat-une forme de sécurité sociale, selon elle- par tous les acteurs soucieux de la promotion et du développement de l’économie afin de mieux lutter contre la pauvreté.
 
La zakat se veut ‘’un véritable système de sécurité sociale visant à asseoir les bases d’une économie juste, bénéficiant à l’ensemble des citoyens et favorisant la répartition des richesses’’, a-t-elle dit, à l’occasion du pré-forum sur l’institution de la zakat au Sénégal. 
 
Pour Madame Oulimata Diop, ce pilier de l’islam doit interpeller aujourd’hui tous les acteurs soucieux de la promotion et du développement économique afin de mieux lutter contre la pauvreté.
 
Elle a rappelé que la zakat consiste en un ‘’prélèvement obligatoire sur les biens des musulmans possédant une série de richesses au profit des couches les plus démunies de la société’’. 
 
Dans le contexte actuel où notre pays ‘’a engagé un processus de développement inclusif fondé sur une économie solidaire qui s’est traduite par la mise en place de plusieurs mécanismes sociaux’’, ‘’l’organisation de ce pré-forum est à saluer’’, a-t-elle souligné.
 
Il donne l’occasion, selon elle, ‘’de revisiter une institution clé du dispositif de redistribution islamique qui a joué un rôle important dans la prise en charge des couches sociales les plus démunies, qui a toute sa place dans notre pays constitué de 95% de musulmans et dont les défis de la pauvreté sont à relever’’. 
 
Le vice-président du Fonds islamique pour la zakat, Ismaëla Ndiaye a, de son côté, déclaré : ‘‘Nous devons fonder notre politique de collecte sur une dimension endogène locale en disant que les Sénégalais sont des musulmans et les autres ne sont pas plus croyants [que nous]’’.
 
Selon lui, ‘’ils ont des moyens et la capacité qu’il faut mobiliser pour l’entre-aide et la solidarité afin de mieux soutenir ceux qui sont dans le besoin’’.
 
Ce pré-forum vient donc ‘’donner l’occasion à toutes les organisations de fédérer leurs forces et leurs expériences pour dire à l’Etat qui nous coiffe tous, voilà un modèle que vous pouvez mettre en pratique pour subvenir aux besoins de beaucoup de nos concitoyens’’, a-t-il indiqué.


DS/ASG/MD