La directeur de la prévision économique énonce les
APS
SENEGAL-ECONOMIE-PERSPECTIVES

La directeur de la prévision économique énonce les "défis’’ à venir pour l’économie sénégalaise

Dakar, 3 août (APS) - Le Sénégal est appelé à relever des ’’défis majeurs’’ dans les années à venir, dont celui de la "complémentarité de l’investissement public et privé’’, le directeur de la prévision et des études économiques, Pierre Ndiaye.

Le Sénégal "devra relever, pour les années à venir, des défis majeurs tels que le renforcement de la complémentarité de l’investissement public et privé, le renforcement du capital humain", a-t-il déclaré.
 
M. Ndiaye a également cité "l’amélioration du climat des affaires, la prise en compte de la dimension genre dans les politiques publiques, l’amélioration de l’accès à l’énergie en zone urbain et rural, la création d’emplois décents pour les jeunes et pour les femmes et la lutte contre la pauvreté".
 
Il intervenait à l’ouverture d’un atelier de partage du "rapport provisoire portant sur le diagnostic et la stratégie de la deuxième phase du PSE", le Plan Sénégal émergent.
 
Cet atelier se tient après des rencontres similaires organisées il y a une semaine à l’intention du secteur privé, de la société civile, des universitaires et des élus locaux.
 
 "Cette démarche participative et inclusive est un des fondamentaux ayant marqué l’élaboration du PSE mais aussi la mise en œuvre du programme d’activité prioritaire 2014- 2018 et de même pour celle de 2019-2023", a expliqué Pierre Ndiaye.
 
Le directeur de la prévision et des études économiques au ministère de l’Economie, des Finances et du Plan a rappelé aux partenaires que le PSE dont ils ont contribué au financement "a permis d’enregistrer des progrès significatifs". 
 
"Il a été noté, qu’au-delà de la croissance économique et de la réduction du déficit budgétaire, des efforts constants ont été faits pour améliorer les conditions de vie des populations notamment pour les couches les plus vulnérables", a-t-il souligné.
 
Il a cité les bouses de sécurité familiale, le Programme d’urgence de développement prioritaire (PUDC), la Couverture maladie universelle (CMU), sans compter les "avancées notées dans le domaine de la santé, de la protection sociale et l’accès à l’eau".
 
Selon lui, "cette dynamique est le résultat de la mise en place d’un ensemble cohérent de réformes structurelles, d’investissements publics et d’investissements privés bien ciblés dans un cadre macroéconomique stable et bien planifié".
 
Il a rappelé que les Partenaires techniques et financiers (PTF) du Sénégal avaient "largement contribué" au financement du Plan Sénégal émergent (PSE), disant souhaiter "la même dynamique d’accompagnement" pour le compte de la phase 2 du PSE.
 
"Quand on a été à Paris au Groupe consultatif en 2014, sur les 2000 milliards recherchés auprès des PTF, nous avions des annonces de près de 4000 milliards. A l’arrivée, ils ont largement contribué aux attentes placées en eux", a-t-il indiqué.
 
"On espère également que dans la phase 2, ils vont rester dans la même dynamique d’accompagnement pour nous permettre d’atteindre les objectifs assignés", a-t-il dit, assurant que leurs préoccupations seront prises en compte dans cette prochaine étape.
 

SK/BK