La BCEAO  engage des mesures pour l’amélioration du système bancaire
APS
SENEGAL-ECONOMIE

La BCEAO engage des mesures pour l’amélioration du système bancaire

Dakar, 26 sept (APS) – La Direction nationale pour le Sénégal de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a engagé différentes mesures en relation avec les banques et établissements financiers pour l’amélioration du système bancaire, ainsi que des relations entre les banques et la clientèle.
 
Au terme de la rencontre trimestrielle, qui a réuni mardi à Dakar le Directeur national et l’Association des banques et établissements financiers, les deux parties ont décidé de mettre en place des mesures pour la redynamisation du marché interbancaire, la réduction des réclamations de la clientèle et du taux élevé de crédits en souffrance.
 
"On a passé en revue un plan d’actions pour dynamiser le marché interbancaire puisque la zone connaît une situation assez originale, où l’essentiel de la trésorerie des banques est fournie par la Banque centrale", a expliqué le Directeur national de la BCEAO, Ahmadou Al Aminou Lô, qui animait un point de presse.
 
Il a rappelé que la règle vaut que ce sont les banques qui doivent se prêter "entre elles massivement", le rôle de la BCEAO consistant à venir en appoint.
 
La BCEAO a prêté dans l’ensemble de l’Union 3125 milliards aux banques sur une semaine, sans compter les 800 milliards sur un mois, alors que les prêts entre banques se situent à 200 milliards la semaine.
 
Ainsi, la BCEAO a identifié les goulots à lever de manière à ce que les banques se fassent confiance, a assuré Al Amine Lô. 
 
Sur un autre point, il a fait état de "beaucoup de réclamations de clients qui se plaignent du système bancaire et saisissent la BCEAO pour arbitrer des conflits avec les banques".
 
"Il faut que les banques communiquent davantage avec les usagers [en mettant en place] un guichet réclamations, pour éviter que les personnes aillent de bureau en bureau, ou faire des journées portes-ouvertes", a-t-il suggéré.

Al Aminou Lô a rappelé l’Observatoire de la qualité des services financières et la nécessité de fournir des missions d’éducation financière et des missions d’enquête "avec derrière une mission de médiation pour éviter la justice".
 
Il s’agit également de voir pour la BCEAO comment faire pour que le tribunal du commerce, en cours de création, puisse être mis rapidement en place, pour éviter que les juridictions ordinaires connaissent des difficultés en cas de contentieux entre une banque et sa clientèle, a-t-il poursuivi.
 
En termes de rentabilité, la place bancaire du Sénégal a dégagé un résultat net global de 63 milliards FCFA à la fin de l’exercice 2016 contre 34 milliards en 2014 avec une hausse de 350 milliards sur les crédits bancaires pour 2016. 
 
Il a lancé un appel concernant le "coût du risque", expliquant que "les banques souffrent énormément de ceux qui ne payent pas leurs dettes et qui portent préjudice à ceux qui veulent accéder au marché du crédit bancaire". 
 
La BCEAO et les établissements bancaires ont ainsi décidé de mettre en place un plan d’actions au sein du Conseil national du crédit, pour identifier point par point les raisons et les facteurs du non remboursement des crédits afin de pouvoir améliorer le système.
 
Ce conseil réunit le patronat, la Banque centrale, les banques et établissements financiers, les administrations, les associations de consommateurs.

ADL/ASG/ASB