L’UE pour la préservation et la modernisation de son partenariat avec les pays ACP
APS
AFRIQUE-EUROPE-DEVELOPPEMENT

L’UE pour la préservation et la modernisation de son partenariat avec les pays ACP

Dakar, 18 sept (APS) – La cheffe de coopération de la délégation de l’Union européenne (UE) au Sénégal, Cécile Tassin-Pelzer, a plaidé mercredi pour la préservation et la modernisation du partenariat entre l’Europe et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), afin de ‘’mieux refléter les changements importants survenus dans ces zones au cours des dernières décennies’’.

 
‘’Nous devons préserver et moderniser le partenariat ACP-UE pour mieux refléter les changements importants survenus dans l’UE et les pays ACP au cours des dernières décennies, tout en capitalisant les acquis et les réussites de ces 44 années de collaboration’’, a-t-elle déclaré.
 
Cécile Tassin-Pelzer s’exprimait lors d’un atelier de formulation des priorités des organisations de la société civile et des ONG dans le nouvel accord de partenariat entre l’UE et les pays ACP après 2020.
 
Elle a souligné que ‘’la mise en œuvre de l’Accord de Cotonou s’appuie sur le Fonds européen de développement (FED) en tant que principal instrument de financement, financé par les contributions directes des Etats membres de l’UE’’.
 
‘’Le total des ressources financières du 11e FED 2014-2020 s’élève à 30,5 milliards d’euros’’, dont ‘’60,7 % ont été alloués à l’Afrique subsaharienne’’, a-t-elle précisé. A ce titre, ajoute Mme Tassin-Pelzer, ‘’il est urgent de préparer un nouvel accord de partenariat entre l’UE et les pays ACP avant la date d’expiration de l’Accord de Cotonou prévue le 29 février 2020’’.
 
‘’Une nouvelle dynamique est indispensable pour nous permettre d’aller au-delà de l’aide au développement, afin de permettre une coopération plus politique tout en renforçant l’appropriation et en ciblant des priorités spécifiques à chacune des régions’’, a-t-elle souligné.
 
Cécile Tassin-Pelzer rappelle que ‘’l’un des objectifs du futur partenariat est précisément de permettre de coopérer davantage sur la scène internationale et au niveau multilatéral’’.
 
Elle affirme que ce partenariat ‘’permet d’exploiter tout le potentiel de la relation exceptionnelle ACP-UE dans le but assumé de faire progresser ensemble les intérêts importants que nous avons en commun’’.
 
‘’Une consultation formelle avec les acteurs non étatiques constitue une caractéristique essentielle et unique du partenariat de Cotonou’’, ajoute Mme Tassin-Pelzer, assurant que ‘’cette caractéristique sera préservée dans l’accord post-2020’’.
 
L’Accord de Cotonou, adopté en 2000 pour remplacer la Convention de Lomé, est le cadre général dans lequel s’inscrivent les relations entre l’UE, d’une part, et 79 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, d’autre part.

DS/ASG/ESF