L’importance du secteur informel dans l’économie nationale relevée
APS
SENEGAL-ECONOMIE-FISCALITE

L’importance du secteur informel dans l’économie nationale relevée



Saly-Portudal (Mbour), 29 juil (APS) – Le Directeur général des Impôts et Domaines, Cheikh Ahmed Tidiane Bâ a souligné, vendredi à Saly-Portudal (Mbour, ouest), l’importance du secteur informel dans le tissu économique et social du Sénégal, notamment dans le produit intérieur brut (PIB).

Cette position de choix montre combien il est nécessaire de procéder à la fiscalisation de ce secteur d’activité.

En effet, a précisé M. Bâ, toutes les études réalisées par des administrations compétentes ou par les partenaires techniques et financiers évaluent la contribution de la formation du PIB à 47,5%, alors que sa contribution aux recettes intérieures reste "extrêmement faible".


"Cette situation interpelle, à la fois, l’Administration et les citoyens que nous sommes, y compris les journalistes", a-t-il fait remarquer lors d’une journée de partage entre sa direction et le Collectif des journalistes économiques du Sénégal (COJES).


Selon M. Bâ, l’administration a mis en place des mécanismes adéquats pour bien appréhender ce secteur informel, d’un point de vue statistique. Et pour ce qui concerne la DGID, d’un point de vue fiscal.


"A cette problématique majeure, le législateur a tenté, depuis la réforme de 1992, de proposer un régime fiscal simplifié (RFS), pour accompagner ce secteur. Les résultats enregistrés dans la fiscalisation du secteur informel sont, jusque-là, insuffisants, même si des avancées notoires peuvent être relevées", a dit Cheikh Ahmed Tidiane Bâ.


Ce qui explique, d’après lui, "les nouvelles mesures adoptées avec la dernière réforme du code général des impôts (CGI)". Et la DGID a sollicité "fortement" les journalistes pour accompagner ses efforts de sensibilisation, a-t-il relevé.

"Des mécanismes sont en cours de finalisation au sein de la DGID pour favoriser une meilleure maîtrise des opérations réalisées dans ce secteur", a ajouté M. Bâ.


Il s’agit notamment d’une banque de données et d’un centre de traitement des données, en plus de l’interconnexion des applications informatiques entre la DGID, la Douane et l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).


Par ailleurs, a souligné le patron de la DGID, l’Administration fiscale envisage de renforcer ses moyens pour pouvoir informer les usagers, en lançant, très prochainement, un centre d’appel et de support, en plus d’un dispositif de communication par SMS.


"L’objectif visé à travers cette plateforme est de faire en sorte que tous les contribuables soient informés de leurs obligations fiscales et, ainsi, contribuer au renforcement de l’équité et de l’égalité devant l’impôt", a expliqué Bâ.


"Je suis sûr que dans la sensibilisation, je sais pouvoir compter sur des alliés de premier plan que sont les journalistes, pour que l’impôt soit compris dans son principe et accepté dans sa matérialisation par l’ensemble de nos concitoyens et par les acteurs économiques, en particulier", a-t-il lancé.


 


ADE/PON