L’émergence du Sénégal passe
APS
SENEGAL-ECONOMIE-ARTISANAT

L’émergence du Sénégal passe "nécessairement" par l’artisanat, selon Papa Hamady Ndao


Mbour, 1er août (APS) – Le président du Conseil de surveillance de l’Agence pour la promotion et le développement de l’artisanat (APDA), Papa Hamady Ndao, s’est dit convaincu que l’émergence et le développement économique du Sénégal passent "nécessairement" par l’artisanat.

 
Cela voudrait dire que les artisans deviendraient des acteurs économiques performants capables de concurrencer les autres homologues du monde, a relevé M. Ndao.

Papa Hamady Ndao s’exprimait, ce weekend à Mbour (ouest), à l’occasion d’une activité politique de son parti, "Euleuk Sénégal" sur le thème : "Artisanat et émergent économique", en présence du ministre de la Formation professionnelle, de l’Artisanat et de l’Apprentissage, Mamadou Talla.


"Il est vrai qu’il faut développer l’agriculture, ne serait-ce que pour pouvoir assurer notre sécurité alimentaire. Il est aussi vrai qu’il développer l’économie parce qu’elle sous-tend le développement. Mais, pour la singularité et les spécificités du Sénégal, il faut développer l’artisanat pour la création de richesses et lui permettre de porter durablement la croissance", a estimé M. Ndao.


Pour y arriver, a-t-il indiqué, "il faut accompagner ce secteur, en formant les acteurs aux standards universels, parce que nous sommes aujourd’hui dans un monde ouvert, qui nécessite que les artisans soient accompagnés financièrement et, également, travailler à protéger le marché de l’artisanat sénégalais contre la concurrence déloyale des produits exportés qui n’ont pas la même valeurs que nos produits locaux". 


M. Ndao est d’avis qu’il faut une réelle volonté politique. "Nous demandons au président de la République (Macky Sall) d’aller plus loin dans la préservation
du marché sénégalais de l’artisanat pour que les artisans locaux puissent vivre de leur métier", a lancé Papa Hamady Ndao.


Pour sa part, le ministre Mamadou Tall qui a souligné que l’artisanat est un secteur essentiel à côté de l’agriculture a indiqué que "depuis 2012, le régime en place a décidé de le réorganiser". "Même si ce n’est pas facile et qu’il faut y aller par étape", a-t-il signalé.

"C’est pourquoi, nous avons installé dans chaque région du pays un comité d’apprentissage et avons obtenu des financements pour accompagner le développement du secteur de l’artisanat", a fait valoir Mamadou Talla.


 


ADE/PON