Makhtar Diop promu directeur général et vice-président de l’IFC, une filiale de la Banque mondiale
APS
SENEGAL-BM-NOMINATION

Makhtar Diop promu directeur général et vice-président de l’IFC, une filiale de la Banque mondiale

Dakar, 18 fév (APS) - Le groupe de la Banque mondiale (BM) a annoncé la nomination de l’ancien ministre sénégalais des Finances Makhtar Diop au poste de directeur général et vice-président de la Société financière internationale (IFC, en anglais), sa filiale chargée du développement du secteur privé.
 
M. Diop, dont la nomination prendra effet le 1er mars prochain, ‘’aura pour tâches principales d’approfondir et de stimuler la stratégie 3.0 de l’IFC, dont l’objectif est de favoriser la création de nouveaux marchés et de mobiliser des capitaux privés à grande échelle’’, indique l’institution financière internationale dans un communiqué.
 
La stratégie 3.0 de la filiale de la BM, consacrée au secteur privé, vise également à ‘’mettre en œuvre les engagements pris au titre du programme d’augmentation du capital de l’IFC, qui comprennent notamment une hausse des investissements pour le climat et pour l’égalité hommes-femmes et un soutien accru aux pays en situation de fragilité, de conflit et de violence’’. 
 
Makhtar Diop, jusque-là vice-président de la Banque mondiale pour les infrastructures, ‘’aura également pour mission de renforcer les liens entre l’IFC’’, la Banque internationale pour la reconstruction et le développement, l’Association internationale de développement et l’Agence multilatérale de garantie des investissements, selon le communiqué.
 
M. Diop est appelé à contribuer ‘’à l’accélération des efforts déployés par le groupe de la Banque mondiale pour stimuler le développement de ses pays clients’’. 
 
La stratégie 3.0 de l’IFC consiste notamment à agir davantage en amont, c’est-à-dire en intervenant à un stade plus précoce du processus de développement des projets, afin de créer les conditions qui permettent de mobiliser des solutions auprès du secteur privé et de défricher de nouvelles possibilités d’investissement, explique le communiqué. 
 
Il ajoute que cette stratégie prévoit également d’étendre l’impact de l’IFC dans les pays les plus pauvres et les plus fragiles, avec l’objectif de tripler ses investissements annuels pour son propre compte dans ces pays.
 
‘’Makhtar Diop a à son actif une expérience approfondie dans les domaines du développement et de la finance, et une carrière marquée par un leadership énergique et le sens du service vis-à-vis des pays en développement, tant dans le secteur public que dans le privé’’, a déclaré le président du groupe de la BM, David Malpass.
 
M. Malpass ajoute dans le communiqué que Makhtar Diop doit apporter à l’IFC ‘’des compétences qui aideront le groupe de la Banque mondiale à poursuivre avec célérité son action dans la lutte contre la crise mondiale et à continuer d’œuvrer en faveur d’une relance verte, résiliente et inclusive’’. 
 
‘’Ardent défenseur de l’Afrique et du développement durable’’, M. Diop avait occupé pendant six ans le poste de vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique, rappelle le texte, soulignant que son passage à ce poste a été marqué par ‘’une expansion majeure de ses activités, avec des engagements d’un montant record de 70 milliards de dollars’’.
 
‘’On lui doit notamment les efforts destinés à accroître l’accès à des sources d’énergie durable à un coût abordable et à promouvoir un environnement propice à l’innovation et à l’adoption des nouvelles technologies’’, ajoute le communiqué.
 
M. Diop a été directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Brésil, après avoir occupé le même poste pour le Kenya, l’Érythrée et la Somalie. 
 
Il est crédité d’une grande maîtrise de l’interface public-privé et d’une grande expérience des réformes structurelles en faveur du secteur privé. Une expérience acquise notamment dans le cadre de ses fonctions de ministre de l’Économie et des Finances du Sénégal. 
 
M. Diop, titulaire de diplômes d’économie et de finance, a été économiste au Fonds monétaire international. Il a dirigé le département des finances, du secteur privé et des infrastructures de la région Amérique latine et Caraïbes de la Banque mondiale.
 
Il a été désigné comme l’un des 100 Africains les plus influents du monde et s’est vu décerner en 2015 ‘’le prestigieux prix Regents’ Lectureship Award de l’université de Californie (Etats-Unis)’’, rappelle le communiqué.


BK/ESF