Khoudia Mbaye veut ‘’améliorer’’ l’attractivité du Sénégal
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Khoudia Mbaye veut ‘’améliorer’’ l’attractivité du Sénégal

Saly-Portudal (Mbour), 8 déc (APS) – La ministre de la Promotion des investissements, des Partenariats et du Développement des téléservices de l’Etat (MPIPDTE), Khoudia Mbaye, a fait part vendredi de son souhait d’’’améliorer’’ l’attractivité du Sénégal et ‘’sécuriser’’ les investissements.
 
‘’En perspectives, nous avons, entre autres chantiers, l’ambition d’améliorer l’attractivité et sécuriser l’investissement, pour permettre aux partenaires privés, nationaux comme étrangers, de venir’’, a-t-elle notamment déclaré à Saly-Portudal (Mbour, ouest). Elle intedrvenait à l’ouverture des travaux de l’édition 2018 de l’atelier stratégique de son département.
 
‘’Vous avez entendu le président de la République parler de la jeunesse, de l’économie numérique, d’industrialisation, des projets sur lesquels nous jouerons notre part en terme d’amélioration de l’attractivité’’, a-t-elle souligné.

Elle a déclaré que cet atelier stratégique permet de ‘’construire un réel esprit d’équipe, une cohésion ainsi qu’une synergie autour d’objectifs communs matérialisés par le Plan de travail annuel (PTA) et les Plans d’actions des différents programmes’’.
 
‘’Ces rencontres offrent aux agents du MPIPDTE et leurs partenaires stratégiques de se retrouver pour échanger et tirer les enseignements par rapport aux actions passées et celles en cours’’, a-t-elle affirmé.

Elle a ajouté qu’elle donne aussi l’opportunité de "se conformer à la volonté du gouvernement d’adosser son action aux principes de gestion axée sur les résultats (GAR) suivant les dispositions du cadre harmonisé de gestion des finances publiques de l’UEMOA visant à garantir l’atteinte des objectifs fixés’’.
 
Elle a relevé des ‘’résultats encourageants’’ durant l’année 2018, avec notamment le nouveau dispositif législatif et réglementaire des trois zones économiques spéciales (ZES), la création d’environ 2000 emplois.
 
Elle a annoncé la mise en place d’un programme triennal de dématérialisation de 100 procédures par an, soit 300 pour les trois prochaines années. 
 
Elle a rappelé que pour le Doing business, le Sénégal a perdu une place, en passant de la 140ème place à la 141ème.

"Même si nous nous sommes améliorés et sommes rapprochés des standards internationaux, nous avons perdu une place. Il est bon de courir, d’aller vite, mais il nous faut être dans le peloton de tête. Mais il faut avoir le courage de faire des réformes, vaincre les résistances et c’est un chantier sur lequel nous allons nous engager dans notre actuelle feuille de route.’’

ADE/ASG