Kaffrine : Des avancées dans le secteur de l’agriculture en 2017 (gouverneur)
APS
SENEGAL-ECONOMIE-AGRICULTURE

Kaffrine : Des avancées dans le secteur de l’agriculture en 2017 (gouverneur)


Kaffrine, 28 mars (APS) – Le secteur agricole a connu des avancées dans la région de Kaffrine en 2017, s’est réjoui le gouverneur Jean Baptiste Coly.


"Nous avons constaté dans la région de Kaffrine, des avancés en matière agricole avec des rendements plus ou moins élevés. C’est juste une spéculation qui a connu une baisse, c’est le maïs. Les autres sont en progression", a déclaré Jean Baptiste Coly.

Il s’exprimait lors d’un atelier consacré à la revue annuelle conjointe (RAC) de suivi de la politique économique et sociale, à Kaffrine.


Cette rencontre a enregistré la présence du coordonnateur de l’unité de suivi des programmes d’investissements territoriaux de l’Etat, des autorités administratives, etc.


Selon lui, "les secteurs passés en revue ont connu des avancées même s’il est vrai que la région de Kaffrine compte tenu de sa récente création ne peut être alignée avec les anciennes régions".

"Nous savons quand même qu’il y a des progrès. Nous allons nous reposer sur ces progrès, corriger, essayer de faire avancer ces différents secteurs", a promis Jean Baptiste Coly.


Kaffrine est une région potentiellement agricole, selon le gouverneur, notant que son développement "devra passer par une maitrise du secteur agricole".


Pour cela, a t-il appelé, il faut des intrants à temps, une mécanisation accélérée et un encadrement restreint des producteurs.


"Au total donc, disons que Kaffrine est bien lancée en dépit de quelques insuffisances qui peuvent du reste être corrigées très rapidement", a dit le gouverneur de Kaffrine qui a toutefois déploré le vol de bétail.


"Nous avons constaté à Kaffrine, des difficultés en ce qui concerne l’élevage notamment avec le vol du bétail et avec les difficultés liées au parcours du bétail", a t-il dit.


"Dans le secteur de la pêche, la région de Kaffrine a un plafond relativement faible et qui est tributaire de l’élevage", a-t-il déploré.


A cela s’ajoutent l’enclavement de certaines zones et la faible représentation des acteurs de développement notamment les services techniques de l’Etat.

MNF/OID/ASB