Le secteur privé national s’engage à contribuer au fonds de riposte
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Le secteur privé national s’engage à contribuer au fonds de riposte

Dakar, 20 mars (APS) – Le secteur privé national a pris l’engagement résolu, vendredi, de contribuer à la mise en place du Fonds de riposte et de solidarité contre les effets du Covid-19 (Force-Covid-19), destiné à venir en appui aux ménages et aux secteurs économiques les plus touchés par la pandémie de maladie à coronavirus, a appris l’APS.

La révélation a été faite par le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott, à l’issue d’une réunion entre ses services et les représentants d’organisations du secteur privé, dans le cadre de la mise en œuvre des mesures prises par le chef de l’Etat pour lutter contre le Covid-19.
 
‘’A l’occasion de cette réunion d’échanges, le gouvernement, par ma voix, a clarifié les décisions prises en conseil des ministres pour la riposte sanitaire et économique contre le Covid-19’’, a-t-il déclaré. Au sujet de ces décisions, il a cité "la mise en place d’un comité de veille en charge d’étudier la riposte, la création d’un fonds de solidarité et de riposte, de même que les quatre-vingt-quatre milliards alloués à la riposte sanitaire’’, a-t-il indiqué’’.
 
"Contrairement à ce qui est avancé par certains, quatre-vingt-quatre milliards de francs CFA sont exclusivement dédiés à la riposte sanitaire. Il s’agit d’un budget financé exclusivement par l’Etat, en accord avec les partenaires au développement et mis à la disposition du ministère de la Santé’’, a-t-il précisé.
 
Il a souligné que la création du fonds a été acceptée avec satisfaction par tous les présidents des organisations patronales et sous-secteurs connexes, lesquels, selon lui, reconnaissent à l’unanimité que ce fléau va affecter tous les secteurs à des degrés divers.
 
Selon Amadou Hott, l’’’hôtellerie, le tourisme, la culture, l’artisanat, les BTP, seront les secteurs les plus touchés, même si toutes les activités, précise-t-il, sont concernées à des degrés divers’’.
 
Le secteur privé à sur ce point demandé à ce que "des mesures d’accompagnement soient prises, en coordination entre acteurs privés et publics autour du fonds de solidarité qui sera un guichet unique’’, a-t-il fait savoir.
 
Ses représentants ont aussi exhorté l’Etat à prendre "des mesures pour les secteurs les plus directement touchés tels que le tourisme et les écoles privées’’. Il s’agit d’éviter ‘’les chômages techniques’’, en attendant l’’’issue des enquêtes et études à venir pour formaliser des décisions à venir avec le fonds, ménages et entreprises en difficulté’’, a-t-il ajouté.
 
Il signale que le patronat a demandé ‘’le gel des frais bancaires, la suppression de certaines taxes, de revoir la question du déficit budgétaire et également revoir les cas de force majeure au niveau des contrats entre le secteur privé et l’État’’, entre autres.
 
Toutes ces questions, a-t-il dit, "seront abordées par le gouvernement’’. Il annonce que des rencontres sont prévues autant de fois que nécessaire pour prendre des mesures idoines et informer le chef de l’État’’.

MK/ASG