Entrée en vigueur, en janvier, de nouvelles réglementations pour les banques
APS
SENEGAL-BECEAO-ECONOMIE

Entrée en vigueur, en janvier, de nouvelles réglementations pour les banques

Dakar, 21 déc (APS) – La nouvelle règle prudentielle ‘’Bâle 2 et Bâle 3’’ et le plan comptable bancaire révisé entrent en vigueur en janvier 2018 avec des échéances précises pour les banques et établissements financiers, a annoncé le Directeur national de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, Amadou Al Aminou Lô .
 
‘’Le plan bancaire en vigueur date de 1996 et il était nécessaire pour la BCEAO de réviser ce plan 20 ans après pour tenir compte des évolutions ayant affecté la structure, les instruments mais également les standards en matière de tenue de compte bancaire’’, a-t-il expliqué.
 
Ainsi, il s’agit de l’organisation de la tenue des comptes et de la comptabilité dans les banques et établissements financiers, a précisé le Directeur national, jeudi, lors d’un point de presse au siège de l’institution au terme de la rencontre trimestrielle avec l’Association des professionnels de banques et établissements financiers (APBEF).
 
Les banques sont tenues, au plus tard le 15 février, de transmettre leur nouvelle situation mensuelle selon le nouveau plan comptable en vigueur.
 
Pour M. Lô, ‘’la situation d’une banque doit refléter à tout moment une bonne image de ses opérations’’. C’est pourquoi la BCEAO a fait un plan comptable qui doit permettre de prendre en compte de nouveaux éléments tels que la comptabilisation des titres mais également la modernisation des éléments de reporting pour des opérations électroniques plus rapides.
 
La BCEAO et l’APBEF ont également passé en revue les conditions de préparation du projet Bâle 2 et Bâle 3 concernant ‘’la réglementation prudentielle qui est un projet connexe au plan bancaire. La réglementation permet en effet à l’autorité monétaire et l’autorité de supervision (UEMOA) de s’assurer qu’à tout moment les dépôts de la clientèle sont protégés’’. 
 
‘’C’est le propre d’une réglementation prudentielle puisque la banque n’a pas d’argent, mais elle a l’argent de ses déposants transformés en crédits pour faire confiance à d’autres agents économiques’’, a expliqué le Directeur national.
 
‘’A tout moment, nous devons nous assurer des conditions dans lesquelles les dépôts de la clientèle sont gérés avec un focus mis sur la qualité du crédit mais également sur les risques que la banque prend avec l’argent d’autrui’’, a-t-il ajouté.
 
La nouvelle réglementation de ‘’Bâle 2 et Bâle 3’’, qui entre en vigueur également en janvier 2018, pose désormais des obligations aux banques, de rendre compte à chaque trimestre de leur santé financière en faisant à la BCEAO des déclarations prudentielles selon le nouveau canevas.
 
Des innovations ont été introduites avec principalement ‘’un renforcement des exigences en matière de fonds propres des banques, en matière de transparence financière avec une communication plus rapprochée avec la clientèle et en matière de supervision avec la commission de contrôle de l’UEMOA’’.
 
Pour le vice-président de l’APBEF, Thierno Seydou Nourou Sy,‘’les banques sont prêtes à cette réforme avec un programme d’accompagnement rapproché donné par la BCEAO’’.
 
En outre, l’évolution du marché monétaire et du marché interbancaire, ainsi que celle des bureaux d’information du crédit (BIC) a été également passée en revue lors de cette rencontre avec l’idée de voir comment développer les transactions entre banques. La BCEAO ne doit pas en fait être seule à prêter aux banques, lesquelles les banques doivent se prêteer entre elles. 
 
C’est pourquoi l’APBEF réfléchit à un ‘’cadre de confiance pour favoriser ces échanges de liquidités entre banques’’, selon leur vice président. Un des moyens de dynamiser ces transactions est de trouver les moyens de faciliter les échanges d’informations entre banques en matière de situation financière et également de mettre en place une charte.
 

ADL/OID/ASG