Appel à ’’une gestion rationnelle et équitable’’ des ressources naturelles
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Appel à ’’une gestion rationnelle et équitable’’ des ressources naturelles

Dakar, 14 juil (APS) – La présidente du réseau international d’Enda Tiers-monde, Mariam Sow, a invité, mercredi à Dakar, les pouvoirs publics et les différents acteurs à ’’une gestion rationnelle et équitable’’ des ressources naturelles du Sénégal, en tenant compte de l’agriculture, de l’élevage, de la communauté et de la jeunesse.
 
’’Nous devons avoir une gestion rationnelle, équitable de nos ressources naturelles, en tenant compte de l’agriculture, de l’élevage, de la communauté et la jeunesse qui se cherchent et qui va se trouver un jour’’, a-t-elle notamment indiqué.
 
Mme Sow intervenait en marge d’un atelier de capitalisation des apprentissages du projet Enda-Fondation Ford, conduit par son ONG dans les régions de Kédougou, Thiès, Saint-Louis et Matam
 
’’Au Sénégal, on nous dit qu’il y a beaucoup de ressources minières, d’or, du pétrole, du gaz etc., mais ce n’est pas une raison d’en faire une exploitation abusive, mal organisée qui au lieu de nous enrichir, finira par nous détruire’’, a-t-elle notamment mis en garde.
 
Elle a ajouté : ’’donc, nous voyons avec les pouvoirs publics, la communauté, pour essayer, d’harmoniser les activités sans que ces multinationales ne détruisent notre économie. Nous invitons à la prudence, à beaucoup de précaution, dans l’exploitation de nos ressources naturelles’’.
 
La présidente du réseau international d’Enda Tiers-monde a rappelé que son ONG reste ’’toujours dans sa logique en termes de démarche participative, de recherche-action, de partage et de lanceur d’alerte par rapport à la gouvernance des ressources naturelles du pays qu’il faut sécuriser’’.
 
Pour sa part, Ibrahima Gueye, Secrétaire général du ministère des Mines et de la Géologie, a estimé que les exploitations de ces ressources doivent être écologiquement responsables et ’’ne pas détruire notre environnement et préserver aussi les intérêts des générations futures’’. 
 
’’C’est un ensemble de défis pour lesquels, il faudrait trouver le juste équilibre, le juste milieu entre les nécessités d’exploiter aujourd’hui, certains sites en vue d’améliorer les conditions et le bien-être de nos populations, mais aussi préserver notre environnement, nos potentiels et penser aux générations futures’’, a-t-il ajouté.
 
SG/OID/ASB