Egalité de genre : un nouveau baromètre fait le point au sein des entreprises sénégalaises
APS
SENEGAL-ECONOMIE-SOCIETE

Egalité de genre : un nouveau baromètre fait le point au sein des entreprises sénégalaises

Dakar, 21 nov (APS) - Un baromètre sur le genre dans les entreprises souligne les efforts à faire par le Sénégal en matière de "traitement équitable", 53% des femmes interrogées jugeant que des améliorations doivent être apportées en vue d’assurer "des conditions de travail équitables aux hommes et aux femmes".
 
Au total, "53% des femmes interrogées estiment que les entreprises sénégalaises ont des améliorations à apporter pour assurer des conditions de travail équitables aux hommes et aux femmes, 48 % dans l’évolution de carrière et la promotion, 44% dans les conditions de recrutement et 42% dans l’évolution des salaires", rapporte un résumé de cette étude. 
 
Elle démontre, d’une manière générale, que "la question de l’égalité des genres est considérée comme importante au Sénégal dans la mesure où 63% des hommes et 58% des femmes estiment que leur entreprise accorde au sujet une importance supérieure à 8 sur 10", ajoutent les auteurs de cette enquête. 
 
Ils précisent que les répondants au baromètre sont constitués de 63,3 % de femmes et de 36,7 % d’hommes. "Parmi les femmes qui ont répondu, 14,5 % sont des dirigeantes, 61 % sont des femmes managers ou cadres et 24% des employées".
 
L’étude présentée le week-end dernier à Dakar, a été réalisée par le cabinet "Beautiful Soul", spécialisé dans l’accompagnement au changement des organisations et dans le développement du leadership, en partenariat avec l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique.
 
Cette enquête menée "auprès de 106 entreprises représentatives" se veut "un tableau de bord pour les entreprises du secteur privé qui leur permet de prendre conscience de l’opportunité que représente la diversité en matière de genre pour l’amélioration de leur performance".
 
Avec ce baromètre, "nous voulons fournir un outil pratique aux dirigeants pour leur permettre de créer un environnement propice à l’éclosion de talents, notamment féminins", explique Patricia Sennequier, Fondatrice de "Beautiful Soul", citée dans le résumé de l’étude.
 
"Les entreprises qui ont une plus grande proportion de femmes dans leurs conseils d’administration et comités de direction sont plus performantes financièrement", signale-t-elle, avant d’ajouter que sur le continent africain, "celles qui comptent au moins un quart de femmes dans leurs organes dirigeants ont un bénéfice avant intérêts et impôts (EBIT) en moyenne 20% plus élevé que le bénéfice moyen de leur secteur".
 
"Or, déplore la fondatrice de Beautiful Soul, les entreprises panafricaines de référence ne comptent que 14,4% de femmes dans leurs conseils d’administration". 
 
Ainsi, le baromètre insiste-t-il sur la nécessité pour les entreprises de "répondre aux besoins d’accompagnement qu’expriment les femmes interrogées", dont "plus de 55 % (...) considèrent l’accès aux formations et l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle indispensables à l’atteinte de leurs objectifs d’évolution". 
 

BK/PON