Dette africaine : Xi Jinping réclame des
APS
AFRIQUE-MONDE-ENDETTEMENT

Dette africaine : Xi Jinping réclame des "actions plus fortes’’

Dakar, 18 juin (APS) - Le président chinois Xi Jinping a plaidé pour l’adoption, par la communauté internationale, d’"actions plus fortes sur l’allègement et la suspension de la dette africaine’’. 
 
Xi Jinping, présidant mercredi un sommet extraordinaire Chine-Afrique sur la solidarité contre la COVID-19, a plaidé pour l’adoption, par la communauté internationale, d’"actions plus fortes sur l’allègement et la suspension de la dette africaine’’. 

"La Chine souhaite que la communauté internationale, notamment les pays développés et les institutions financières multilatérales, puisse prendre des actions plus fortes sur l’allègement et la suspension de la dette africaine", a-t-il déclaré.
 
Il a annoncé l’annulation, dans le cadre du Forum sur la copopération sino-africaine (FCSA) de Beijin, des prêts sans intérêt arrivant à échéance fin 2020 des pays africains concernés.

Dans un discours publié par l’agence Xinhua, Xi Jinping a souligné que la Chine "est prête à travailler avec la communauté internationale pour accroître le soutien aux pays africains durement touchés et soumis aux fortes pressions, notamment par l’allongement du délai de remboursement de leur dette, pour les accompagner en cette période difficile".

Il a ajouté que son pays "encourage ses institutions financières concernées à mener des discussions amicales avec les pays africains sur les arrangements concernant les prêts commerciaux avec garantie souveraine, en se référant à l’initiative du G20 sur la suspension du service de la dette et conformément aux règles du marché"". 

Il indique que la Chine "travaillera avec les autres membres du G20 pour mettre en œuvre cette initiative".

Selon lui, elle "appelle le G20 à, sur la base de la mise en œuvre de cette initiative, prolonger la suspension en faveur des pays africains et des autres pays concernés".
 
En avril dernier, les ministres des finances du G20 et les autres créanciers bilatéraux ont décidé de suspendre pendant 12 mois, la dette des pays pauvres, une initiative qui devrait permettre à ces Etats de faire face à la crise économique liée au coronavirus.
 
Le Sénégal a annoncé récemment sa participation à l’Initiative de suspension du service de la dette (ISSD), laquelle "se matérialisera par la suspension du paiement du principal et des intérêts dus à l’ensemble des créanciers du secteur bilatéral officiel jusqu’au 31 décembre 2020". 
 
Cela permettra au pays de disposer d’un espace budgétaire de "quatre-vingt-dix milliards cinq cent soixante-sept millions sept cent quatre-vingt mille huit cent soixante-quatorze (90 567 780 874) de francs CFA entre le 1er juin 2020 et la fin de l’année, soit 13,51 % du service de la dette extérieure dû en 2020", a indiqué le ministère des Finances.
 
Le pays dit vouloir "affecter l’espace budgétaire ainsi libéré au financement des dépenses sanitaires, sociales et économiques inscrites dans le Programme de résilience économique et sociale destiné à lutter contre les effets de la pandémie".
 
Le chef de l’Etat, Macky Sall, a lancé, le 8 avril dernier, "l’Appel de Dakar", en vue d’"une stratégie d’annulation de la Dette des pays africains assortie d’un Plan de rééchelonnement de la dette commerciale".
 
Le président français Emmanuel Macron avait également appelé à "aider les pays africains" face à la pandémie et limiter les effets néfastes sur leur économie, en annulant "massivement leur dette".

Dans son message de Pâques, le pape François a proposé "de réduire" voire "d’annuler" la dette des pays pauvres.

ASG/BK