‘’Dégonflement’’ de l’encours des crédits en décembre, ‘’retour progressif à la normale de la situation des agents économiques’’
APS
SENEGAL-FINANCE

‘’Dégonflement’’ de l’encours des crédits en décembre, ‘’retour progressif à la normale de la situation des agents économiques’’

Dakar, 12 mars (APS) – Le Conseil national du crédit (CNC) fait état d’un ‘’retour progressif à la normale de la situation des agents économiques auprès du système bancaire’’, à la faveur du dégonflement, à fin décembre 2020, de l’encours des crédits de la clientèle ayant bénéficié de reports d’échéances de paiement auprès des banques.

 
Le CNC ‘’a relevé le dégonflement, à fin décembre 2020, de l’encours des crédits de la clientèle ayant bénéficié de reports d’échéances de paiement de la part des banques, traduisant globalement un retour progressif à la normale de la situation des agents économiques auprès du système bancaire’’, rapporte un communiqué publié à l’issue de sa 31e réunion, qui a eu lieu jeudi.
 
Le Conseil national du crédit, sur la base des statistiques provisoires arrêtées à fin décembre 2020, note que ‘’les emplois bancaires’’, désignant l’ensemble des opérations de crédit effectuées au profit de la clientèle, ‘’se sont inscrits en hausse de 843,0 milliards francs CFA (+ 12,5 %) en variation annuelle pour s’établir à 7.609,3 milliards, sous l’effet d’une progression à la fois des crédits nets (+ 307,0 milliards ; + 6,4%) et des autres emplois bancaires (+ 536,0 milliards ; + 27,1 %) au profit principalement de l’Etat et de ses démembrements au titre du financement du programme de résilience de l’économie sénégalaise’’.
 
Le CNC, après s’être félicité de cette situation, ‘’a mis en exergue les enjeux liés au renforcement de la stabilité du système bancaire sur l’année 2021, afin d’accompagner la relance économique, dans le contexte de la persistance de la pandémie de Covid-19’’. 
 
‘’Il a, à cet égard, pris note de la nécessité, d’une part, d’assurer une surveillance rapprochée de l’apurement de l’encours des crédits de la clientèle ayant bénéficié de reports d’échéances de paiement et, d’autre part, de trouver des solutions en vue de l’accélération du traitement des dossiers de contentieux bancaire en instance auprès des tribunaux’’, ajoute le communiqué. 
 
Il signale par ailleurs que le Conseil national du crédit a été informé de la décision prise par le comité de politique monétaire de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, lors de sa réunion trimestrielle du 3 mars dernier, ‘’de maintenir inchangé le taux d’intérêt minimum de soumission aux opérations d’appels d’offres d’injection de liquidité à 2,00 %’’.
 
Cette décision concerne également ‘’le taux d’intérêt du guichet de prêt marginal à 4,00 %, niveaux en vigueur depuis le 24 juin 2020’’, raison pour laquelle le coefficient de réserves obligatoires applicable aux banques de l’Union demeure inchangé à 3,0 %.

BK/ASG/ESF