Casamance : les opérateurs privés stockeurs réclament 2 milliards FCFA à l’Etat (président)
APS
SENEGAL-AGRICULTURE-CAMPAGNE

Casamance : les opérateurs privés stockeurs réclament 2 milliards FCFA à l’Etat (président)

Ziguinchor, 28 mai (APS) – Les opérateurs privés stockeurs de la Casamance (sud) invitent l’Etat à leur payer la somme de 2 milliards de francs CFA avant le démarrage de la campagne 2018 de distribution des semences et des intrants, a déclaré, lundi, leur président, El Hadji Ndiaye.

 
 
"Nous n’en pouvons plus. Depuis le mois de février nous n’avons pas perçu de l’argent. L’Etat nous doit 2 milliards de francs CFA. Dans les régions de Sédhiou, Kolda et Ziguinchor les opérateurs et les producteurs souffrent de ce non-paiement", a notamment dit El Hadji Ndiaye.
 
Il s’exprimait au cours d’un point de presse tenu le même jour en face de l’antenne régionale de la SONACOS en présence de plusieurs opérateurs venus de Sédhiou, de Kolda et de Ziguinchor.
 
"Nous courrons derrière notre argent depuis plusieurs mois. Le gouvernement a tenu récemment une réunion interministérielle dont l’une des conclusions était de payer la dette envers les opérateurs à raison d’un milliard par jour jusqu’au 25 mai", a rappelé El Hadji Ndiaye.
 
Le 8 mai dernier, lors d’un conseil interministériel consacré au bilan de la campagne agricole 2017-2018 et au programme de la campagne agricole 2018-2019, le ministre porte-parole du gouvernement Seydou Guèye avait déclaré que des mesures avaient été prises pour solder la dette que la SONACOS doit aux opérateurs.
 
Selon ces acteurs, la présente campagne de mise en place des semences et des intrants "est sérieusement menacée" par ce non-paiement de la somme qui leur est due. 
 
"L’hivernage va bientôt s’installer dans la zone sud du pays. La campagne de mise en place des semences et des intrants est très compromise en Casamance. Les semences sont disponibles. Mais nous ne pouvons pas retourner vers les paysans alors que nous leur devons de l’argent", a justifié M. Ndiaye.
 
Les opérateurs privés et stockeurs de la Casamance ont lancé "un appel au chef de l’Etat pour un dénouement de cette situation qui risque de plomber les prochaines campagnes".
 
"Nous ne voulons plus d’intermédiaire parce que le gouvernement avait annoncé à la suite du dernier conseil interministériel qu’il va dégager chaque jour un milliard jusqu’au 25 mai. Mais rien n’a été fait. Nous sollicitons l’intervention directe du chef de l’Etat", a-t-il insisté.
 

MTN/PON