Casamance : le nouveau DG de l’ANRAC préoccupé par la réinsertion économique des déplacés
APS
SENEGAL-DEVELOPPEMENT-PERSPECTIVES

Casamance : le nouveau DG de l’ANRAC préoccupé par la réinsertion économique des déplacés

Ziguinchor, 5 nov (APS) – Le nouveau directeur général de l’Agence nationale pour la relance des activités économiques et sociales de la Casamance (ANRAC), Ansou Sané, a promis, samedi, à Ziguinchor (sud), de dérouler "une véritable politique de réinsertion économique et sociale des personnes déplacées" à cause de l’instabilité dans la zone.

 
"Je vais surtout mettre l’accent sur la réinsertion économique des populations déplacées, qui s’étaient réfugiées dans d’autres pays frontaliers. Les populations sont revenues en masse. Il faut que l’ANRAC oriente sa politique en leur donnant des perspectives d’insertion économique et sociale. Nous allons y travailler. Ce sera notre nouvelle mission", a assuré M. Sané.
 
Il a fait cette promesse lors de la distribution de fournitures scolaires aux élèves de l’école élémentaire de Soucoupapaye, un quartier de la commune de Ziguinchor. 
 
L’ANRAC va "venir en aide aux populations déplacées, en leur offrant de meilleurs services, pour faciliter leur insertion économique et sociale", a-t-il promis.
 
M. Sané a fait part de son souhait d’impliquer dans la réalisation de ce projet les organisations humanitaires intervenant dans les trois régions de la Casamance, à savoir Kolda, Sédhiou et Ziguinchor.
 
L’ANRAC va mener des actions de "réconciliation et de développement durable pour rattraper un gap et un retard causés par un conflit de plus de 35 ans", a assuré son directeur général.
 
Il souhaite collaborer avec l’Agence nationale de conseil agricole et rural et l’Agence nationale d’insertion et de développement agricole, "dans le but de faciliter le retour à leur terroir des populations déplacées, en créant des fermes agricoles villageoises".
 
"C’est extrêmement important d’établir une nouvelle orientation politique pour les populations déplacées. Si elles ne bénéficient d’aide et d’accompagnement, elles vont retourner dans le maquis ou (…) dans les pays limitrophes", a souligné le directeur général de l’ANRAC.
 
Ansou Sané, nommé à ce poste le 11 septembre dernier, dit tendre "la main à (…) toute la population de la Casamance pour relever les défis liés à la relance des activités économiques" de cette partie du pays où, selon lui, prévaut l’"accalmie" après plusieurs années d’instabilité.
 
L’ANRAC a été créée pour soutenir le processus de paix en Casamance, à la suite des accords signés en 2004 entre le gouvernement et le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC).

MTN/ESF