Balance des paiements : ’’une persistance du déficit structurel’’ (BCEAO)
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Balance des paiements : ’’une persistance du déficit structurel’’ (BCEAO)

Dakar, 28 jan (APS) - L’analyse du profil de la balance des paiements en 2019, des estimations pour 2020 et de leur dynamique au cours des cinq dernières années fait ressortir ’’une persistance du déficit structurel’’, a relevé, jeudi, le Directeur national de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).
 
’’En 2019, le solde global de la balance des paiements s’est établi à 146,5 milliards contre 527,2 milliards en 2018 et 125,6 milliards en 2017 avec un déficit attendu de 95,6 milliards en 2020’’, a dit Ahmadou Al Aminou Lô.
 
Il s’exprimait à l’ouverture de la 13éme journée annuelle de diffusion de la balance des paiements et de la position extérieure globale par visioconférence. 
 
L’analyse, selon lui, a fait ainsi ressortir ’’une concentration des importations, en 2019, autour d’un nombre limité de produits, avec dans l’ordre décroissant, les produits pétroliers, les produits alimentaires, les machines, les engins de transport et les produits pharmaceutiques’’.
 
Il y a eu également, a souligné le Directeur national de la BCEAO, ’’une concentration des exportations autour de quelques produits, à savoir l’or non monétaire, les produits de la pêche, le pétrole, les acides phosphoriques et les arachides, la forte dynamique des transferts des migrants, qui ont augmenté de 44% au cours des cinq dernières années’’.
 
Pour le Directeur national de la BCEAO, il y a eu en 2019, ’’un solde positif du compte de capital, en rapport avec un flux régulier de subventions de projets publics, des flux entrants notables au titre du Compte financier, principalement des Investissements Directs Etrangers, des Investissements de portefeuille (notamment les produits des émissions d’eurobonds) et des autres investissements’’.
 
Concernant l’orientation stratégique des exportations, Al Aminou Lô a évoqué ’’une prédominance de l’Afrique, suivie de l’Asie et de l’Europe’’.
 
Pour les importations, ’’les parts de marchés les plus importantes sont détenues par l’Europe, suivie de l’Asie et de l’Afrique’’. 
 
’’Ces constats mettent en exergue les défis à relever pour le Sénégal en vue de rééquilibrer ses échanges extérieurs, qui ont été notablement pris en compte dans le Plan d’actions prioritaires ajusté et accéléré (PAP 2A) du Plan Sénégal émergent (PSE)’’, a-t-il relevé. 
 
Il s’agit en particulier, de l’atténuation du déficit commercial, établi à 1.688 milliards en 2019 et projeté à 1.726 milliards en 2020, qui revêt une importance capitale, selon Lô. 
 
Il importe également, a-t-il ajouté, ’’de maintenir les efforts déployés pour rendre attractif l’environnement des affaires au Sénégal’’.
 
Toutefois, selon son Directeur national, ’’la BCEAO prend note, avec une grande satisfaction, des projets et réformes en cours au Sénégal pour un retour de la dynamique de croissance et un équilibrage progressif du profil de la balance des paiements du pays’’. 
 
Pour Lô, les politiques publiques ainsi annoncées devraient pleinement prendre en compte l’environnement économique mondial post-crise Covid-19, notamment les mutations et les changements de paradigmes prévisibles dans le domaine du commerce international.
 
La BCEAO assure, pour le compte des huit Etats membres de l’Union, l’élaboration et la diffusion de la balance des paiements dans chaque Etat, conformément aux dispositions du Traité de l’UMOA et des Statuts de l’institution financière
 
La balance des paiements fournit notamment des informations sur l’orientation géographique et la composition des échanges du Sénégal avec l’extérieur ainsi que les ressources mobilisées pour assurer la couverture du besoin de financement de l’économie.


ADL/OID/ASB