68, 4 % des entreprises formelles veulent réinvestir après la crise sanitaire (enquête)
APS
SENEGAL-ECONOMIE-POINT

68, 4 % des entreprises formelles veulent réinvestir après la crise sanitaire (enquête)


Dakar, 18 sept (APS) – Au total, 68, 4 % des entreprises sénégalaises dites formelles ambitionnent de nouveau d’investir à la fin de la crise sanitaire née de la propagation du nouveau coronavirus, a révélé l’Agence nationale de la statistique et de la démographie.


’’En ce qui concerne les intentions d’investissement, 68,4% des entreprises ambitionnent d’investir après la pandémie’’, souligne notamment la structure dans une enquête consacrée aux intentions d’investissement post-Covid 19.


Selon l’ANSD, ce taux est supérieur à 65 % dans l’essentiel des secteurs d’activités sauf celui des services personnels où il est ressorti à 50,1%. Par rapport à la taille, il est de 71 % pour les grandes entreprises, 60,2% pour les moyennes et 69,1% pour les petites.


L’étude démontre également que les prévisions d’investissement portent essentiellement sur l’acquisition de matériels informatiques ou de logiciels (41,8%), la machinerie, les équipements et les véhicules (36,5%), la formation des employés et le recrutement (35,9%), le développement de site web et le e-commerce (34,4%) et la construction et la rénovation (33,4%).


Dans le même temps, les grandes entreprises (45,5%) et les moyennes (58,9%) comptent investir davantage dans la machinerie, les équipements et les véhicules tandis que les petites unités (43 %) souhaitent le faire dans l’acquisition de matériels informatiques ou de logiciels, rapporte le document.


Il souligne que la valeur moyenne des intentions d’investissement est de 1,5 milliards pour les grandes entreprises, 216 millions pour les moyennes et 36millions pour les petites entreprises.


Les investissements sont motivés, en grande partie, par l’atteinte des objectifs de croissance (71,1%), l’amélioration de la compétitivité (66,3%), l’augmentation de la productivité ou de l’efficacité (59,0%) et la modernisation de l’entreprise (53,8%), fait-on savoir.


L’enquête a permis de savoir que les intentions d’investissement des grandes entreprises étaient plus motivées par l’amélioration de la compétitivité alors que celles des PME étaient plus expliquées par l’atteinte des objectifs de croissance.

’’Parmi les entreprises qui ont l’intention d’investir, 9,7% ont déjà obtenu une partie ou la totalité du financement. Selon la taille, elles représentent 16,3% dans les grandes entreprises, 9,7% dans les petites entreprises et 5,1% dans les moyennes entreprises’’, note le rapport.


Par ailleurs, relève la même source, les sources de financement ciblées par les entreprises ayant l’intention d’investir sont principalement le fonds Force Covid-19 (72,1%), les banques (62,3%) et l’autofinancement (29,4%).

Si les grandes entreprises (70,0%) et les moyennes (75,9%) ciblent majoritairement les banques, les petites misent plutôt sur le fonds Covid-19 (74,3%), précise l’enquête.


L’ANSD fait remarquer que les entreprises ayant l’intention d’investir ont, pour la plupart, un business plan (63,4%).


’’Elles représentent 55,2% dans les grandes entreprises, 64,1% dans les petites entreprises et 60,5% dans entreprises. Les principaux freins à l’investissement pourraient être, pour l’essentiel, le manque d’aide du gouvernement (66,1%), l’insuffisance de fonds générés par l’entreprise (62,2%) et l’incertitude sur l’horizon de la covid-19 (40,1%)’’, mentionne-t-elle.


Pour les PME, c’est le manque d’aide du Gouvernement qui est le principal frein tandis que pour les grandes entreprises, c’est l’insuffisance de fonds générés par l’entreprise, ajoute-t-on.


AKS/OID