Force-Covid-19 doté de 64 milliards pour atténuer les effets du coronavirus sur l’économie nationale
APS
SENEGAL-SANTE-ECONOMIE

Force-Covid-19 doté de 64 milliards pour atténuer les effets du coronavirus sur l’économie nationale

Dakar, 19 mars (APS) – Le gouvernement sénégalais a prévu de doter le Fonds de riposte et de solidarité contre les effets du Covid-19 (Force-Covid-19) d’une enveloppe de 64 milliards de FCFA, pour atténuer les effets dus à la pandémie de maladie à coronavirus sur l’économie nationale, a appris l’APS de source officielle, jeudi.
 
’’[…] Avec l’évolution de l’épidémie, un plan de contingence (Force-Covid 19) a été élaboré et chiffré, pour le montant de 64.039.279.189 FCFA afin de renforcer les capacités du pays à faire face à la situation’’, a déclaré le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott, lors d’une conférence de presse.
 
Cette décision fait suite à une première mesure qui avait été prise dès l’enregistrement des premiers cas positifs au Covid-19 au Sénégal, consistant à dégager un budget de 1,4 milliard FCFA sur les ressources de l’Etat pour préparer la riposte et gérer les premiers cas.
 
Amadou Hott souligne que ce plan de contingence va permettre de ’’soutenir les secteurs affectés afin d’atténuer les effets négatifs de l’épidémie sur la croissance et les emplois’’.
 
Dans le sens de préserver ’’les répercussions sociales de la crise’’, il a souligné que ce fonds proposera une ’’batterie de mesures’’, notamment en termes d’accompagnement des secteurs affectés par l’épidémie, tels que le tourisme, le transport aérien, les chaînes d’approvisionnement du commerce formel et informel et l’industrie.
 
Le ministre a aussi précisé que ce plan sera financé ’’essentiellement’’ par le budget de l’Etat et par les contributions des partenaires au développement et des Sénégalais de bonne volonté.
 
’’La taille du fonds dépendra des besoins identifiés sur la base des études, évaluations et enquêtes conduites par les différentes structures de l’Etat, en collaboration avec les acteurs économiques et nos partenaires’’, a également indiqué le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération.
 
Outre ’’Force-Covid-19’’, Amadou Hott a aussi annoncé la création prochaine d’un comité de ’’croissance et de veille économique’’, pour notamment anticiper sur les répercussions économiques directes et indirectes de la crise sanitaire sur l’économie nationale.
 
’’Ce Comité qui sera composé de représentants de plusieurs ministères, du secteur privé et de la BCEAO se réunira autant de fois que de besoin et soumettra des propositions au conseil des ministres’’, renseigne-t-il.
 
Dans cette perspective, il a rappelé la nécessité pour les pays africains d’initier, une fois cette crise sanitaire terminée, ’’des réflexions profondes sur leur mode de production et de consommation en davantage soutenant la production locale.’’
 
Interpellé sur une possible augmentation des prix des denrées alimentaires, Amadou Hott a assuré que ’’les mesures de confinement frontalier ne concernent pas les cargos et le fret (aérien et maritime)’’.
 
‘’Il n’y a pas de raisons de s’inquiéter. Que les populations soient rassurées que d’autres décisions seront prises en fonction de l’évolution de la situation’’, a-t-il insisté.

SMD/ASG