Le Conseil national de crédit insiste sur la disponibilité de ressources bancaires
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Le Conseil national de crédit insiste sur la disponibilité de ressources bancaires

Dakar, 27 sept (APS) - Le Conseil national du crédit (CNC) du Sénégal demande qu’une "attention particulière" soit accordée à la disponibilité de ressources du système bancaire, en vue de préserver la dynamique de financement du secteur privé.

Le CNC, qui a tenu sa 26e réunion ce jeudi dans les locaux de l’Agence principale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) à Dakar, "a jugé opportun qu’une attention particulière soit accordée à la disponibilité de ressources accrues au niveau du système bancaire, en vue de préserver la dynamique de financement du secteur privé". 
 
"Concernant la qualité du portefeuille des établissements de crédit, le conseil a invité les services de la BCEAO à assurer un suivi rapproché de l’évolution des créances en souffrance", rapporte un communiqué.

Il souligne que le Conseil national de crédit a pris connaissance de la situation des établissements de crédit à fin juin 2019 marquée par une évolution positive des principaux agrégats, notamment des crédits à la clientèle et des fonds propres en progression, en glissement annuel, respectivement de 14,9% et de 9,4%.
 
Aussi s’est-il félicité du niveau "globalement satisfaisant des ratios prudentiels, avec un ratio moyen de solvabilité chiffré à 11,7% à fin décembre 2018 pour une norme minimale de 9,5%".
 
Le Conseil national de crédit a relevé dans le même temps que "la rentabilité de l’exploitation au terme de l’exercice 2018, quoiqu’en légère baisse par rapport à l’année précédente, reste à un niveau relativement approprié avec un ratio de rentabilité des fonds propres établi à 13,8%".
 
Il est revenu sur la décision prise par le comité de politique monétaire (CPM) de la BCEAO, lors de sa réunion trimestrielle tenue le 4 septembre 2019, de maintenir inchangés les taux d’intérêt directeurs de la BCEAO et le coefficient des réserves obligatoires applicables aux établissements de crédit de l’UMOA.
 
"Les taux directeurs restent fixés à 2,5% et à 4,5%, respectivement pour le taux minimum de soumission aux opérations d’appels d’offres d’injections de liquidités et le taux du guichet de prêt marginal, et à 3% pour le coefficient des réserves obligatoires’’, relève le Conseil national du crédit.
 
Il dit avoir par ailleurs pris note de la décision du CPM autorisant l’admissibilité aux guichets de refinancement de la BCEAO des obligations émises par la Banque de l’habitat du Sénégal (BHS). 
 
Le conseil a salué l’initiative de la BHS, "la première du genre dans la zone UEMOA ciblant la diaspora, ainsi que le succès de l’opération", avant d’exhorter les autres banques à "s’engager résolument dans de telles innovations en matière de collecte d’épargne pour un financement adéquat de besoins spécifiques de l’économie nationale, en particulier du secteur privé".
 
Le communiqué signale que le Conseil national de crédit a en outre salué la mémoire de Gabriel Fal, fondateur de CGF-Bourse et ancien président du conseil d’administration de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), décédé le 24 septembre dernier.
 
SG/BK