Une plateforme multi-acteurs pour capitaliser les meilleures pratiques d’irrigation dans 5 régions
APS
SENEGAL-AGRICULTURE-IRRIGATION

Une plateforme multi-acteurs pour capitaliser les meilleures pratiques d’irrigation dans 5 régions

Thiès, 4 mars (APS) - Le Projet d’appui régional à l’initiative pour l’irrigation du Sahel (PARIIS), a mis en place mardi à Thiès, une plateforme multi-acteurs pour capitaliser les meilleures pratiques d’irrigation, dans cinq régions du pays, a constaté l’APS.
 
La plateforme (PMA) a vu le jour lors d’un atelier regroupant des acteurs des zones d’intervention prioritaires C (ZIP-C) que sont les régions de Thiès, Fatick, Diourbel, Kaolack et Kaffrine.
 
"Il s’agit de tirer le meilleur profit de l’ensemble des interventions autour du sous-secteur de l’irrigation, il s’agit de dire quelles sont les meilleures pratiques sur lesquelles nous allons bâtir des solutions d’irrigation’’, a expliqué Aly Sané Niang, coordinateur national du PARIIS. 
 
Selon M. Niang, les acteurs vont jouer un rôle très important dans le concept de "solution d’irrigation", inscrit dans l’approche pilote Gestion des connaissances (GC), qui en est à sa première phase. 
 
L’adjointe au gouverneur, chargée des affaires administratives, Ngoné Cissé a insisté sur la nécessité de "réfléchir à des réponses efficaces et efficientes", pour s’adapter à un contexte suivant un hivernage marqué par une installation tardive de la pluviométrie.
 
D’où l’importance d’une "capitalisation des expériences" dans un cadre formel, permettant un échange d’expériences entre des régions aux réalités différentes. 
 
Cette instance devrait aider à la sauvegarde du potentiel agricole de la zone, face aux changements climatiques avec ses nouveaux enjeux. 
 
Une ’’solution d’irrigation’’ constitue "l’ensemble des activités qu’il faut mettre en œuvre de manière harmonieuse pour avoir des irrigations performantes fonctionnelles et économiquement viables et durables", selon l’ANIDA qui était représentée à cette réunion. 
 
Elle repose sur plusieurs éléments essentiels dont le renforcement de capacités des acteurs, le choix de technologie adaptée à la réalisation d’infrastructures de qualité, selon le type de sol de chaque région. 
 
"L’approche de la GC du PARIIS va commencer par une identification et collecte des bonnes pratiques en matière d’irrigation et la seconde étape consistera à créer des cadres de concertation avec les acteurs", a noté Jean François Faye, responsable de la communication et de la gestion des connaissances du projet.
 
Il s’agit d’une approche de la GC qui est "une approche pluridisciplinaire et inclusive qui regroupe l’ensemble des initiatives des méthodes et techniques qui permettent de collecter, d’analyser et de partager les connaissances des membres d’une organisation, dans le but d’atteindre des objectifs fixés grâce à une exploitation optimale des connaissances".
 
La dimension sociale des conflits liés à l’accès à l’eau dans certaines zones, la valorisation des eaux de surface et des bassins de rétention, la revitalisation des vallées fossiles, ont été abordées par divers intervenants.

MF/ADI/ASB