Une ONG italienne cherche à fixer les jeunes du Fouta dans leur terroir
APS
SENEGAL-SOCIETE-EDUCATION

Une ONG italienne cherche à fixer les jeunes du Fouta dans leur terroir

Ourossogui (Matam), 17 mai (APS) - Les résultats de l’enquête sur la propension à la migration menée par l’ONG italienne "Green Cross" dans cinq villages des communes de Matam et Ourossogui ont été restitués, mardi, aux populations, a constaté l’APS.


"Cette étude réalisée dans le cadre du projet ’Hadii Yahde’ (énergie pour rester) a pour objectif de combattre les causes de la migration irrégulière dans la zone orientale du Sénégal à travers le développement agricole, durable et soutenable des communautés rurales de la zone", a déclaré Mamadou Sada Bocoum, coordonnateur régional du projet.


L’enquête dont les résultats ont été présentés au cours d’un atelier a été menée dans les villages de Sadel, Wouourou, Koundel, Ballel Pathé, Sinthiou Diam Dior.

Selon Alexandra Teston, responsable du projet "Haddi Yahde" de l’ONG "Green Cross", "ces villages ont été choisis du fait de la forte propension à l’immigration dans cette zone".

Pour freiner cette immigration irrégulière, l’ONG a pris l’initiative de travailler avec les associations féminines qu’elle appuie en matériel agricole afin de les aider à améliorer les rendements de leurs périmètres irrigués, a-t-elle dit.


"Nous sommes convaincus que si les femmes réussissent dans leur
projet, cela va inciter les jeunes à rester au terroir et cultiver la terre. Je suis convaincue que ces jeunes pourront gagner leur vie s’ils sont financés pour obtenir, un matériel adéquat. Cela est l’ambition de notre organisation", a fait savoir Mme Teston.


L’enquête fait ressortir toutefois une "forte baisse" de l’immigration dans la zone due, peut-être, "à la crise européenne, aux difficultés à obtenir un visa ou à la fermeture des frontières", a soutenu Christina Teston.



MMT/PON