Commercialisation de l’arachide : Mpal, le seul point de collecte de Saint-Louis n’est pas fonctionnel (DRDR)
APS
SENEGAL-AGRICULTURE

Commercialisation de l’arachide : Mpal, le seul point de collecte de Saint-Louis n’est pas fonctionnel (DRDR)

Saint-Louis, 5 janv (APS) - Le point de collecte (Mpal) qui, n’est pas toujours fonctionnel faute d’opérateur, est le seule de la région de Saint-Louis, pour la campagne de commercialisation de l’arachide 2018-2919, démarrée depuis le 3 décembre sur toute l’étendue du territoire, a appris l’APS.

 
Selon un rapport de la direction régional du développement rural (DRDR) de Saint-Louis, le prix au producteur a été reconduit à 210 F/kg, c’est-à-dire le même prix que la campagne passée. ‘’Le prix est fixé sur la base de concertation entre l’Etat et le CNIA élargie aux organisations professionnelles agricoles’’, précise le document dont copie a été remise à l’APS. 
 
Dans la région nord, le rapport souligne que le programme spécial de relance de la filière manioc au Sénégal, pour la campagne Agricole 2018/2019, est mis en œuvre dans la zone du Lac de Guiers pour une superficie de 840 hectares. Il relève toutefois que les boutures ont été subventionnées à hauteur de 55 000 F CFA par hectare.
 
La DRDR ajoute que le programme d’adaptation 2018 a connu un succès dans son exécution au niveau de la région, soulignant que les différentes spéculations mises en place ont donné des productions satisfaisantes, notamment la pastèque.
 
En ce qui concerne le matériel agricole, le rapport signale que la mise en place a commencé dans le département de Dagana avec 25 tracteurs reçus. Aussi, la mise en place est en cours à Podor tandis que pour le département de Saint-Louis, elle n’est pas effective. 
 
Le service régional du développement rural relève que pour les contraintes, la région de Saint-Louis est confrontée au retard de la mise en place de l’engrais horticole, à la vétusté ou à l’absence de parc automobile pour les SDDR (services départementaux de développement rural) et à des problèmes de locaux.
 
Les autres difficultés de la région ont trait à l’absence des pistes de production, de GMP (motopompes) dans le Podor, aux Offsets inadaptés pour la vallée du fleuve Sénégal et à l’absence de pistes de production dans le Delta.
 
Parmi les recommandations, le rapport, met l’accent sur : le renouvellement du parc automobile des SDDR pour un bon suivi des programmes de la région, la réhabilitation des bureaux des SDDR, la poursuite des prospections contre les oiseaux granivores, l’augmentation des capacités de stockage du riz paddy.
 
Il a par ailleurs souligné la nécessité d’augmenter la mise à disposition de GMP (motopompes) dans le Podor, de faciliter l’accès aux zones de production (delta) par la réhabilitation et la création de pistes de production, de mettre en place des offsets adaptés à la vallée, mais aussi d’intensifier la lutte phytosanitaire contre les oiseaux granivores.
 
 
 

BD/MD