Saint-Louis : 20.000 hectares affectés au PDIDAS
APS
SENEGAL-COLLECTIVITE-AGRICULTURE

Saint-Louis : 20.000 hectares affectés au PDIDAS

Saint-Louis,18 juil. (APS) - Quelque 20.000 hectares de terre ont été mis à la disposition du projet de développement inclusif et durable de l’agriculture au Sénégal (PDIDAS) par les communautés des zones cibles dans la zone nord, a indiqué mardi Ndèye Coura Mbaye Diop, coordonatrice dudit projet.

Elle s’exprimait lors de l’atelier d’information des acteurs de la société civile et des élus locaux sur la mise en œuvre du PDIDAS dans 9 communes et 41 villages dans la région de Saint Louis.

Selon elle, un canal primaire d’irrigation a été réalisé au niveau de Ngalam pour favoriser l’exploitation agricole, par des investisseurs du secteur privé national et international. Ces investissements permettront également aux communautés des zones cibles de disposer de 50 pour cent de revenus.

La coordonnatrice du PDIDAS a également indiqué que les concertations et échanges entre les acteurs et la société civile visent essentiellement une bonne maîtrise des données foncières dans les zones d’exploitations agricoles.

Après la cartographie, le bornage et la validation technique et sociale, suite à la délibération du conseil municipal, approuvée par le préfet, les permis d’immatriculation de chaque parcelle d’exploitation seront établis afin de bien sécuriser les terres affectées à l’exploitation du projet, a-t-elle expliqué.

Dans le cadre de la maîtrise de l’assiette foncière des communes cibles, dans la région de Saint-Louis, 9 bureaux fonciers seront ouverts pour permettre la régularisation foncière en vue d’éviter les conflits, a ajouté Mme Diop.

L’atelier de deux jours permettra également d’élaborer une feuille de route pour une meilleure mobilisation de la société civile et les élus locaux sur la mise en œuvre du PDIDAS.

De son côté, l’administrateur du conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR), Ababacar Diop, s’est réjoui de la tenue de la rencontre qui permet à la société civile d’être mieux imprégnée et d’intégrer le projet.

Selon lui, "il faut une synergie et un partenariat dynamique, ouvert et transparent, afin de ne pas léser les communautés" dans le cadre de l’agrobusiness.

"Nous voulons à travers ce partenariat avec le PDIDAS, faire bénéficier aux exploitants agricoles des renforcements de capacité, mais aussi la mise en place de projets participatifs", a-t-il dit.


BD/OID/ASB