Sahel : un projet recherche sur la résilience de l’élevage en gestation
APS
SENEGAL- AGRICULTURE

Sahel : un projet recherche sur la résilience de l’élevage en gestation

Dakar, 21 oct (APS) – Un projet de recherche et développement de l’Union européenne pour la résilience des élevages pastoraux et agropastoraux dans les pays sahéliens dénommé CaSSECS sera bientôt mis en œuvre, a annoncé mercredi, le directeur scientifique de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA) Dr Elhadj Traoré.

‘’Il s’agit d’un projet financé par l’UE pour un montant de trois milliards 275 millions 692 mille 131 francs CFA au profit de six pays du Sahel (Sénégal, Burkina Faso, Tchad, Mali et la Mauritanie)’’, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse de la délégation de l’UE au Sénégal .

Selon lui, ce projet prévu pour une durée de quatre ans vise globalement à ‘’développer et diffuser des savoirs pour une meilleure connaissance de l’impact des systèmes d’élevage agro-pastoraux aux changements climatiques pour l’élaboration de politique d’élevage adaptées au Sahel’’.

Il s’agit, a-t-il expliqué, de produire des connaissances, tester et évaluer des innovations et fournir des outils d’aide à la décision facilitant l’adaptation des pasteurs et des agro-pasteurs aux changements climatiques, dans un contexte d’accentuation de la compétition sur les ressources agrosylvopastorales’’.

Pour ce faire, le projet s’appuiera sur des dispositifs de mesures existants comme des sites d’observation avec des données historiques du Pole pastoralisme et zones sèches (PPZS)et des outils d’évaluation comme le ‘’Global livestock environnmental Assessment model (GLEAM)’’, a expliqué Dr Traoré.

‘’Le CaSSECS travaille autour de quatre composantes thématiques complémentaires et une composante de gestion qui s’articule autour de la production des données de références sur les émissions de gaz à effet de serre et la séquestration de Carbonne, l’amélioration du système d’évaluation, bilan carbone, à l’échelle nationale (…)’’, a-t-il fait savoir.

A cela s’ajoutent, a-t-il dit, la co-conception et la diffusion d’options d’atténuations de l’impact de l’élevage sur le changement climatique, et la formation et le renforcement des capacités sur l’évaluation de l’impact environnemental des systèmes d’élevage.

‘’Les résultats du projet permettront d’élaborer des stratégies de plaidoyer pour une cohérence des politiques et des investissements en faveur de l’élevage pastoral et agropastoral dans les pays sahéliens du CILSS’’, a-t-il assuré.

 

DS/MK/AKS