Production de semences : le CORAF invite le secteur privé à intégrer le système
APS
SENEGAL-AFRIQUE-AGRICULTURE

Production de semences : le CORAF invite le secteur privé à intégrer le système

Dakar, 9 juil (APS) - Le Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF) milite pour des semences de qualité en vue "d’appuyer la compétitivité agricole" des pays, a indiqué, lundi à Dakar, son directeur exécutif, Abdou Tenkouano qui a invité le secteur privé à s’approprier le système.


"Les gouvernements ont pris conscience de la nécessite de disposer de semences de qualité et ont mis en place des politiques pour arriver à faire en sorte que les paysans aient des semences performantes, des variétés adaptées à leurs besoins mais aussi porteuses de productions pour le marché", a expliqué, M. Tenkouano.

Il se prononçait à l’occasion de la quatrième réunion statutaire du comité régional des semences et plants de l’Afrique de l’ouest (CRSPAO).

La rencontre "permettra de voir à quel niveau, les réglementations régionales ont été appropriées dans les pays" a-t-il dit, notant qu’il s’agira aussi de discuter de la place du secteur privé dans la production de semences pour mieux satisfaire les producteurs.

C’est aussi le lieu d’appeler le secteur privé à rentrer en force dans ce système et de discuter des modalités d’organiser cette passerelle entre public et privé a souligné M. Tenkouano, convaincu que "le Sénégal est un leader dans ce domaine".

"C’est ce qui explique le choix de Dakar pour abriter cette réunion, en vue de se concerter sur l’état d’avancement de la mise en œuvre de ces politiques dans nos différents pays" a fait remarquer le directeur exécutif du CORAF.

Parmi les défis, Abdou Tenkouano a souligné la nécessité de connaître et de mettre à disposition les quantités de semences dont on a besoin, mais également d’avoir une bonne cartographie des systèmes de livraison.

Réagissant sur une éventuelle menace d’insécurité alimentaire dans certains pays de la sous région, M. Tenkouano a indiqué que, le CORAF, en tant qu’institution de coordination, "sonne l’alerte avec ses partenaires, mobilise les bonnes volontés pour chercher les semences rapidement". Cela est d’autant important que "souvent, on pense à l’alimentation et non à produire pour celle-ci" a-t-il ajouté.

"Il faut que la crise alimentaire passe pour que survienne une crise semencière. C’est en ce sens que le CORAF attire l’attention des autorités sur la nécessité d’avoir, en plus d’une réserve régionale alimentaire, une autre pour les semences" a expliqué le directeur exécutif.

SBS/PON