Près de vingt mille producteurs assurés depuis 2013 grâce à l’initiative 4R (PAM)
APS
SENEGAL-AGRICULTURE

Près de vingt mille producteurs assurés depuis 2013 grâce à l’initiative 4R (PAM)

Dakar, 15 nov (APS) – Près de 20 000 producteurs ont été assurés et 5 352 autres indemnisés entre 2013 et 2017 par l’Initiative pour la résilience rurale dénommée 4R pour un montant global de 90 millions francs CFA, a annoncé mercredi le représentant résident du Programme alimentaire mondial au Sénégal (PAM), Guy Adoua.
 
Dans le cadre de l’exécution de l’initiative 4R, "près de 20 000 producteurs ont été assurés de 2013 à 2017 et 5 352 [autres] indemnisés pour un montant global de 90 millions FCFA sur 2014-2016’’, a-t-il dit, à l’occasion de l’atelier de réflexion et de partage sur l’assurance indicielle au Sénégal.
 
L’assurance indicielle est une assurance qui utilise des indices météorologiques, tels que l’humidité, la pluviométrie et la température, et collecte des données satellitaires pour anticiper et gérer les risques.
 
A en croire M. Adoua, cet atelier de réflexion organisé en partenariat avec la Compagnie nationale d’assurance agricole du Sénégal (CNAAS), se veut une plateforme d’échanges sur les différentes expériences en cours. La rencontre vise aussi à consolider les efforts du Sénégal pour développer le marché de l’assurance agricole, mais aussi échanger les perspectives de passage à l’échelle de cet outil (4R), selon lui.
 
Il a expliqué que l’Initiative 4R est le fruit d’un partenariat entre la CNAAS et le PAM, en faveur de la résilience des communautés rurales au Sénégal.
 
D’après le représentant résident du PAM, l’objectif de cette initiative conjointe est de renforcer la résilience des populations vulnérables face aux chocs climatiques.
 
L’administrateur national de l’African Risk Capacity (ARC), mutuelle panafricaine de gestion des risques, Massamba Diop, a quant à lui indiqué que le Sénégal fait partie des pays sahéliens tributaires des aléas climatiques.
 
M. Diop, venu représenter également la direction de la protection civile, a insisté sur la nécessité de mettre en place "une panoplie de gestion des risques à travers les deux volets complémentaires que sont la micro-assurance et la macro-assurance". 
 
Pour sa part, le représentant de la direction des assurances, Momath Ndao, a souligné que "l’assurance indiciaire est une préoccupation majeur pour l’Etat du Sénégal, qui, dans le cadre de projets, subventionne déjà les primes d’assurances à hauteur de 50%".
 
Le directeur général adjoint de la CNAAS, Moustapha Fall, a de son côté affirmé que les résultats de cette journée de réflexion, serviront considérablement à l’Etat du Sénégal qui a décidé de passer à la généralisation de l’assurance agricole en 2018.

MK/ASB/ASG