Papa Abdoulaye Seck invite à consolider la recherche agricole
APS
SENEGAL – AGRICULTURE

Papa Abdoulaye Seck invite à consolider la recherche agricole

Dakar, 26 oct (APS) – Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Pape Abdoulaye Seck a appelé, jeudi à Dakar, à la consolidation de la recherche agricole et à la rénovation du conseil agricole rural.
 
"C’est grâce à la génération de connaissances que l’on transforme positivement et durablement une agriculture, je ne connais pas à travers le monde, une agriculture forte non accompagnée par une recherche agricole forte et un conseil agricole rural rénové", a-t-il dit.
 
Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural présidait l’ouverture des travaux de la 3e Revue conjointe du secteur agricole (RCSA).
 
Pape Abdoulaye Seck a alors proposé de mener une réflexion sur "la généralisation de l’assurance agricole" du moment, dit-il, que "dans le contexte sahélien, nous vivons avec la prédominance de l’environnement, la probabilité d’un événement défavorable élevée". Il estime par conséquent que c’est "une façon d’avoir une forme d’amortissement (…)".
 
L’accès au crédit dans l’agriculture est aussi une préoccupation du ministre qui suggère aux acteurs du secteur agricole de "repenser le crédit".
 
"Devons-nous continuer à être dans une logique de financement de campagne ? Devons-nous être dans une logique de financement de l’agriculture ?, etc.", s’est interrogé M. Seck pour qui, en poussant, peut-être, la réflexion sur le crédit, "on peut avoir des taux de remboursement plus élevés ?".
 
Il s’agit, selon le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, "de voir comment est-ce qu’on peut sécuriser les productions, des éléments essentiels".
 
Estimant qu’"aucun sujet n’est tabou" dans cette rencontre, le ministre a invité les acteurs du secteur agricole à chercher à "renforcer la transparence et l’équité dans les opérations de distribution des intrants".
 
"On a fait beaucoup d’efforts en ce qui concerne la transparence et l’équité dans la distribution des intrants, mais il faut que l’on réfléchisse davantage pour que les jeunes puissent accéder aux facteurs de production de même que les femmes et les handicapés", a-t-il souligné.
 
Selon lui, "malgré la formation des commissions, de l’administration territoriale, la direction régionale de développement rural, (…) ‘’jusqu’à présent, il y a une récurrence, les femmes ne sont pas satisfaites en dépit du fait que nous ayons dit et écrit que 30 % des intrants reviennent aux femmes".
 
Le ministre de l’Agriculture a renvoyé la question aux acteurs. "Puisse que c’est dit et écrit et que jusqu’à présent cela n’est pas réglé, aidez-nous à réfléchir comment on peut le faire pour qu’on cesse de nous dire dans les commissions intrants, je suis femme et je cultive, mais les hommes ont tout pris". 
 
Pape Abdoulaye Seck qui a tenu à remercier les partenaires du secteur pour leur "engagement constant" avec le nouveau format de collaboration, a aussi suggéré "la finalisation de la revue foncière". 
 
Le président du Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR), Nazirou Sall, estime "être en phase" avec le ministre sur les nombreux points soulevés, notamment sur l’accès au crédit. 
 
"Je soutiens l’idée de dire repensons le crédit, il a parfaitement raison, nous allons profiter de cela pour lui envoyer des tests que nous avons fait sur comment repenser le crédit", a dit le porte-parole de la société civile Nazirou Sall. 
 
Pour lui, il faut aussi maintenir la dynamique de la concertation, car dit-il, "dans l’agriculture tout le monde est actionnaire, tout le monde doit se parler". 
 
Les acteurs ont suggéré que la tenue de la revue conjointe du secteur agricole (RCSA), une recommandation par l’Union africaine, se fasse au mois de juin pour que les "conclusions puissent être prises en compte dans le cadre de l’élaboration du budget".


FKS/ASB/PON