L’arachide, ’’un levier’’ pour améliorer les conditions de vie dans le monde rural (officiel)
APS
SENEGAL-AGRICULTURE

L’arachide, ’’un levier’’ pour améliorer les conditions de vie dans le monde rural (officiel)

Saly-Portudal (Mbour), 12 nov (APS) – Le Sénégal compte faire de la culture de l’arachide ’’un levier’’ pour l’amélioration des conditions de vie des populations rurales, a déclaré Mamadou Mboup, conseiller technique du ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural.
 
‘’Le Sénégal a l’ambition de faire de la culture de l’arachide un levier pour améliorer les conditions de vie des populations rurales, pour le développement économique du pays à travers la redynamisation des industries huilières et l’ouverture des marchés à l’exportation [...]’’, a-t-il notamment dit.
 
Mamadou Mboup s’exprimait lundi à l’ouverture officielle, à Saly, de la 10e Conférence internationale sur les avancées faites en recherche sur l’arachide grâce aux progrès de la génomique et des biotechnologies (AAGB). 

Il a souligné que le Sénégal a inscrit l’agriculture comme un des piliers du Plan Sénégal émergent (PSE).
 
‘’Les mesures prises dans la modernisation de l’agriculture incluent un soutien important à la recherche agricole, pour la génération de connaissances et d’innovations capables d’apporter une impulsion au secteur agricole, particulièrement à la filière arachide qui représente une culture majeure au Sénégal’’, a-t-il soutenu.
 
Ainsi, le pays a inscrit parmi les objectifs du Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (PRACAS), volet agricole du Plan Sénégal émergent (PSE), un doublement de la production nationale d’arachide à l’horizon 2022. Il s’agit de la faire passer de 1, 4 million de tonnes actuellement à deux millions de tonnes.
 
‘’Nous nous fixons également pour objectif une redirection de la production nationale, en substituant 10 à 20% des arachides destinées à l’huilerie par des arachides de bouche, et en adressant la problématique de qualité nutritionnelle des huiles par la mise en production de variétés d’arachide à haute teneur en acide oléique, et la recherche est fortement attendue en cela’’, a-t-il indiqué.
 
Selon lui, l’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA) s’est déjà résolument inscrit dans cette dynamique pour relever le défi de l’émergence, en mettant à la disposition des producteurs des technologies mieux adaptées.
 
‘’Les recherches menées dans cette institution relèvent actuellement d’un standard international et ont permis l’homologation récente de 10 variétés d’arachide pour les zones centres et centre-sud du pays. L’ISRA poursuit ses efforts pour rendre plus visibles ses résultats et ses dispositifs de recherche à l’international’’, a révélé Mamadou Mboup.
 
Pour le directeur scientifique de l’ISRA, Dr El Hadji Traoré, le travail que mène cet institut comprend la création variétale en utilisant une large variabilité génétique incluant les variétés sauvages apparentées, la défense de la culture et l’amélioration des conditions de production, de récolte et de post-récolte.

Mais il inclut aussi l’accompagnement des politiques et connaissances socioéconomiques du marché, selon Traoré.

ADE/ASG/AKS