Le P2RS se prévaut de
APS
SENEGAL-AGRICULTURE

Le P2RS se prévaut de "résultats satisfaisants" à mi-parcours

Dakar, 30 jan (APS) - Le Programme multinational de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel (P2RS), dont les activités s’articulent notamment autour du développement d’infrastructures rurales, peut se prévaloir de résultats "satisfaisants" à mi-parcours, estime son coordonnateur Younoussa Mballo.

"Nous avons plus de 30 % de réalisations et près de 60% d’engagements d’ici la fin du projet, prévue en 2020", a-t-il déclaré au cours d’une réunion du comité de pilotage du P2RS, mardi, à Dakar. 
 
Le Programme multinational de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle rurales, également axé sur le développement de chaînes de valeur et des marchés régionaux, intervient dans 40 communes de sept régions du Sénégal, à savoir Kolda, Kédougou, Fatick, Sédhiou, Tambacounda, Matam, Ziguinchor, pour une durée de cinq ans (2015-2020).
 
Le P2RS est appelé à contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations. "Il s’agira d’accroître, sur une base durable, la productivité et les productions agro-sylvopastorales et halieutiques’’ dans les zones d’intervention du programme, a expliqué son coordonnateur.
 
Il a ainsi aidé, durant la campagne agricole 2017-2018, à la mise en place de 378 tonnes de semences et 17,5 tonnes d’engrais, selon Younoussa Mballo.
 
"Les superficies emblavées avec l’appui du projet sont estimées à 12 048 hectares de céréales marchandes et 135 hectares de semences. Les productions attendues sont estimées à 25 431 tonnes de céréales et 7 343 tonnes de produits maraîchers", fait savoir M. Mballo. 
 
Il signale que l’année 2017 a d’autre part "permis de stabiliser le dispositif de mise en œuvre, de consolider les actions initiées en 2016 et de lancer de nouveaux chantiers avec comme ambition, de mettre en place les bases d’un renforcement de la résilience des populations bénéficiaires à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle". 
 
S’y selon M. Diallo l’aménagement de plus de 4 ouvrages de retenue d’eau, 5 périmètres arboricoles d’aménagement de 665 ha, ainsi que la réhabilitation de 2 mares pastorales réceptionnés dans les régions de Kolda, Tambacounda, Matam et Ziguinchor.
 
"Les travaux de réalisation de 5 digues anti sel sont en cours dans les régions de Fatick et Ziguinchor et permettront de protéger à terme 1732 ha de terres contre la salinisation", a-t-il annoncé.
 
Le coordonnateur du Programme multinational de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle a par ailleurs évoqué d’autres initiatives, parmi lesquelles les travaux de trois des quatre marchés à bétail prévus par ce projet et réalisés à 100% dans les régions de Fatick, Matam et Tambacounda. 
 
A cela s’ajoutent une vingtaine d’infrastructures aquacoles et d’autres infrastructures en cours de réalisation, a-t-il indiqué.
 
Outre ces actions évoquées, le comité de pilotage a notamment recommandé le renforcement du partenariat, incluant "une démarche participative forte et une accélération des réalisations" pour que le P2RS puisse atteindre un taux de décaissement de 50% des financements qui lui sont dédiés et engager ’’jusqu’à 80% environ", la plupart des marchés.
 
"Ce sont des recommandations très fortes et nous sommes en voie de les réaliser. Ce sont ces défis que nous devons relever pour l’année 2018", a dit Younoussa Mballo.
 
SBS/BK