Le CORAF veut un système semencier régional ’’fort et dynamique’’ (responsable)
APS
AFRIQUE-AGRICULTURE

Le CORAF veut un système semencier régional ’’fort et dynamique’’ (responsable)

Dakar, 11 avr (APS) - Le Conseil Ouest et Centre africain pour la recherche et le développement (CORAF) veut un système semencier régional ’’efficace’’ et ’’dynamique’’ à travers l’alliance pour une industrie semencière en Afrique de l’Ouest, a indiqué Hippolyte Affognon, coordonnateur du partenariat pour la recherche, l’éducation et le développement agricole.

’’Nous voulons exhorter tous les partenaires pour que nous disposions d’un système national et régional efficace et dynamique ’’, a dit M. Affognon, jeudi, à Dakar, lors d’une réunion des acteurs semenciers en vue de participer aux débats sur les politiques régionales.

’’Cette alliance créée pour mieux fournir les intrants agricoles essentiels aux producteurs, a pour vision, d’être une plateforme de plaidoyer durable, inclusive sur des questions nationales et régionales du développement du secteur semencier afin d’accroître la production, la distribution et l’utilisation de semences de qualité en Afrique de l’Ouest’’, a-t-il renseigné.

C’est une occasion, a-t-il souligné, ’’de jeter les bases solides de la dynamisation de la plateforme, de sa pérennisation afin de continuer à favoriser le partage des expériences, la mutualisation des moyens et la création des synergies’’.

L’alliance pour une industrie semencière en Afrique de l’Ouest (Asiwa) s’appuie sur les efforts combinés d’une grande variété d’acteurs pour créer des synergies et développer des solutions aux nombreuses barrières au développement de l’industrie semencière régionale.

’’Asiwa a une approche inclusive fondée sur l’engagement d’acteurs variés du secteur privés des institutions de recherche et des agences et des ONG, impliquées dans la recherche , la production et la régulation des semences’’, a précisé Hippolyte Affognon.

L’objectif est de promouvoir le partage d’expériences, la création de synergies fructueuses entre les acteurs du secteur semencier, a ajouté le coordonnateur du PAIRED (partenariat pour la recherche, l’éducation et le développement agricole).

SBS/OID/AKS