Le  CORAF mise sur un accès rapide aux intrants et technologies
APS
AFRIQUE-AFRIQUE-AGRICULTURE

Le CORAF mise sur un accès rapide aux intrants et technologies

Dakar, 9 avr (APS) - Le Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF) veut promouvoir un accès ‘’rapide’’ des agriculteurs aux intrants et aux technologies à travers un nouveau programme de recherche, a indiqué mardi son coordonnateur, Hippolyte Affognon.

‘’Nous avons une coalition vouée à l’objectif commun de livrer rapidement les semences à l’échelle aux agriculteurs. Cette nouvelle initiative est connue sous le nom de partenariat pour la recherche agricole, l’éducation et le développement [PAIRED]’’, a-t-il indiqué au cours d’une réunion d’engagement des partenaires du PAIRED.

Ce programme va permettre selon lui de mettre en place des technologies à l’échelle de nature à aider les producteurs à améliorer leur productivité agricole.

De plus, il va contribuer au renforcement de la capacité institutionnelle du CORAF de manière à lui permettre de jouer son rôle de recherche et de développement dans la zone de l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Il est aussi question d’une mise à l’échelle de technologies pour les producteurs et de favoriser une disponibilité à bonne date d’intrants de qualité et des engrais.

L’utilisation de pesticides non dommageables à l’environnement est aussi un des aspects du programme qui prendra en charge de manière intégrée les principaux secteurs, notamment l’agriculture, l’élevage et la pêche.

‘’Cela consiste à faire en sorte que les différentes composantes devant accompagner la production forestière pastorale et halieutique soient prises en compte pour avoir des résultats escomptés’’, a expliqué Hippolyte Affognon.

Il a souligné que l’issue de la réunion de Dakar "permettra d’élaborer une feuille de route’’ et "d’établir les différentes activités et leur mise en œuvre sur le terrain’’.

Ce nouveau programme quinquennal est financé par la mission régionale pour l’Afrique de l’Ouest de l’agence américaine pour le développement international (USAID), la CEDEAO, le CILSS et l’UEMOA.

SBS/ASG