La BM et le WAAPP bouclent une tournée dans cinq régions
APS
SENEGAL-AGRICULTURE

La BM et le WAAPP bouclent une tournée dans cinq régions

Dakar, 30 oct (APS) - La Banque mondiale et le Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest, (WAAPP en anglais) ont effectué une visite de terrain de quatre jours à Dakar, Thiès, Kaolack, Fatick et Ross Bethio pour "évaluer l’état d’avancement des chantiers" du programme. 
 
"Nous venons de boucler une mission très intéressante du bassin arachidier à la vallée du fleuve Sénégal via la zone des Niayes et nous avons vu beaucoup de résultats qui démontrent encore que le WAAPP est un modèle de projet en termes de résultats atteints", a dit l’agroéconomiste principale à la Banque mondiale de Dakar et chargée du WAAPP, Ayfa Fatimata Ndoye. 
 
S’exprimant au terme de cette 10ème mission à Keur Samba Kane (Diourbel), elle a salué "l’appréciation très positive" des bénéficiaires du WAAPP et les "résultats très intéressants qu’il a produits".
 
Keur Samba Kane a été la dernière étape de la tournée qui a démarré mercredi à Sangalkam (Dakar), puis à Thiès, Tivaoune, Ross Bethio, Kaolack, Fatick et Diourbel.
 
Lors de cette dernière étape, la délégation a visité des projets d’aviculture, d’embouche ovine et bovine financés à hauteur de 50 millions de Francs CFA par le Programme des domaines agricoles communautaires (PRODAC).
 
"Ces projets sont une innovation, car ils ont permis à des femmes qui faisaient une aviculture traditionnelle villageoise avec quatre sujets de gérer, aujourd’hui, un poulailler d’une centaine de sujets à elles seules avec des perspectives de revenus notoires pour améliorer leur condition de vie", a apprécié la chargée du WAAPP.
 
La mission de la Banque mondiale et du WAAPP a démarré mercredi sa visite au niveau des chantiers de la ferme semencière intelligente de Sangalkam (30 km de Dakar) où est en train d’être construit un réseau d’irrigation moderne. Ce dernier pourrait être un appui notoire pour la recherche agricole afin de mener des activités toute l’année, selon Ayfa Fatimata Ndoye Niane.
 
L’Ecole nationale supérieure agronomique (ENSA) à Thiès est l’étape suivante de ce premier jour de visite. Dans la structure, un amphithéâtre de 200 places financé à 200 millions de Francs CFA est construit et va être inauguré la semaine prochaine.
 
"C’est un joyau que le WAAPP a pu permettre à la recherche d’avoir dans ce centre national qui devient un centre international de recherches agricoles", a dit Mme Niane.
 
La délégation a poursuivi sa tournée à Thialle (Tivaoune) où de nouvelles variétés de manioc résistantes à la mosaïque et transférées du Ghana sont cultivées par producteurs.
 
"Ils ont apprécié positivement la performance de ces modèles et sont même dans une dynamique de les multiplier et de les diffuser le plus rapidement possible et c’est un résultat que nous sommes ravis de voir sur le terrain", s’est-elle réjouie.
 
La BM et le WAAPP se sont rendus jeudi à Rosso-Bethio pour visiter les activités d’appui à l’interprofession de l’oignon et les femmes bénéficiaires des magasins de stockage et de séchage de l’oignon.
 
"De bels exemples qui permettent d’améliorer la structuration de la chaîne de valeur à Ross-Bethio et d’améliorer les productions et la conservation", a dit la chargée du WAAPP à la BM.
Dialacounda et Sokotoye (Kaolack) et Coular Socé et Missirah (Fatick) ont été les étapes visitées vendredi par la délégation. Dans ces zones rurales, les technologies introduites dans le cadre du programme du Système de riziculture intensive (SRI) sont en train de faire leurs preuves.
 
"Les femmes ont apprécié positivement la technologie. Avec les formations qu’elles ont reçues en technique pépinière et de plantation, elles ont obtenu des résultats intéressants avec des rendements multipliés par quatre", s’est-elle réjouie. 
 
 
A cette étape de la tournée, les femmes productrices de riz ont demandé à la délégation de les aider à acquérir des machines agricoles post-récoltes pour alléger leur travail.
 
"Elles ont beaucoup plus de productions à transformer avec le SRI et c’est tout à fait normal qu’elles demandent un appui en terme d’équipement", a dit Ayfa Fatimata Ndoye Niane.
 
Elle a assuré que leur doléance "est déjà très avancée". Le matériel est acquis et dans la semaine à venir la distribution des batteuses et décortiqueuses va être faite pour soulager les femmes et les motiver davantage dans ce système de SRI qui "fait ses preuves dans ces zones de productions très rudimentaires".

SK/ASB