La BID soutient la filière riz à hauteur de 170 milliards CFA
APS
AFRIQUE- AGRICULTURE

La BID soutient la filière riz à hauteur de 170 milliards CFA

Dakar, 12 juil (APS) - La Banque islamique de développement (BID) a débloqué une enveloppe de près de 170 milliards de francs CFA pour soutenir la filière riz dans dix pays africains parmi lesquels la Gambie, la Guinée, le Niger, la Sierra Leone et le Sénégal, a annoncé jeudi le directeur de son hub régional de Dakar, Sidy Mohamed Ould Taleb. 

Les pays cités vont bénéficier de la première phase de cet appui, a-t-il précisé lors d’un atelier de consultation-pays pour la formulation d’un projet sur le financement de la chaîne de valeur du riz.
 
"Le Sénégal a été sélectionné parmi les cinq pays bénéficiaires de la première phase du programme régional de développement de la chaîne de valeur du riz en Afrique de l’Ouest, dont le démarrage est prévu au courant du premier trimestre de l’année 2019", a dit Sidy Mohamed Ould Taleb.
 
Selon lui, "le montant global de ce programme d’investissement dans la chaîne de valeur du riz est estimé à 170 milliards de FCFA destinés à dix pays et sera exécuté en deux phrases". 
 
"La première phase concerne la Gambie, la Guinée, le Niger, la Sierra Leone et le Sénégal, et la seconde phase concernera le Bénin, le Burkina Faso, le Mali, le Soudan et la Côte d’Ivoire", a-t-il noté.
 
"Le programme vise l’augmentation substantielle de la production, la productivité du riz et le développement d’entreprises nationales et régionales le long de la chaîne de valeur efficace avec une forte participation du secteur privé", a-t-il souligné.
 
Le directeur de cabinet du ministère de l’Agriculture, Cheikh Tidiane Sidibé, relève de son côté que "ce vaste programme contribuera à consolider les bases de l’état de l’autosuffisance en riz dans notre sous-région, non seulement, dans notre pays mais également dans l’ensemble des pays de la sous-région". 
 
Il ajoute que "de moins de 400 mille tonnes en 2013 la production du riz au Sénégal a atteint plus d’un million de tonnes en 2017". 
 
Il a souligné l’inclusion de "tous les segments de la chaîne de valeur du riz’’, indiquant qu’ils "ont bénéficié de l’attention des pouvoirs publics". 
 


DS/MD/BK