Une mission du WAAPP et de la BM visite des rizières de Fatick et Kaolack
APS
SENEGAL-AGRICULTURE

Une mission du WAAPP et de la BM visite des rizières de Fatick et Kaolack

Dakar, 28 oct (APS) - La délégation de la 10ème mission conjointe d’appui Banque mondiale/ Etat du Sénégal à la mise en œuvre du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO/WAAPP) s’est rendue à Kaymor (Kaolack), Coular Socé, Toubacouta et Missirah (Fatick) dans le cadre d’une mission de terrain.

Dans ces localités, le système de riziculture intensive (SRI) est crédité de très bons résultats.
 
Cette 10ème mission a débuté mercredi à Sangalkam, Thiès et Tivaoune, avec la visite de fermes semencières, de la chèvre rousse de Maradi et de parcelles de manioc transféré du Ghana. Elle s’est poursuivie jeudi à Ross-Béthio avec la visite d’un magasin d’oignon, un modèle transféré du Nier et du Burkina Faso. 
 
Vendredi, la troisième journée a été marquée par la visite des sites du système de riziculture intensive (SRI) à Kaymor, dans les villages de Dialacounda et Sotokoye (Nioro), et à Coular Socé et Missirah, dans le département de Foundiougne. Dans ces bas-fonds et vallées, la pratique du SRI a contribué à l’amélioration de la productivité de la riziculture pluviale.

Le projet a démarré en 2014 avec un budget initial de 150 millions FCFA. Il a pour objectif de diffuser cette technologie auprès de 5163 producteurs pour améliorer la productivité dans les bas-fonds et vallées à Kaolack, Fatick et Kaffrine. 
 
A Dialacounda et Sotokoye, les semences ont été plantées et repiquées entre juillet et août avec les variétés Sahel 177, Sahel 108 et Nérica 4. Les producteurs ont obtenu une moyenne de 545 talles au m2. 
 
 A Fatick, dans le village de Coular Socé, le SRI est pratiqué sur 60,4 ha. Les graines ont été plantées et repiquées entre juillet et août avec les variétés Sahel 108. 484 talles au mètre carré ont été répertoriées.
 
Au village de Missirah, le SRI est effectué sur 5,8 ha dans la même période et a donné 275 talles au mètre carré.
 
L’autre village à avoir bénéficié de ce projet est Keur Alou Guèye, dans la commune de Toubacouta (Fatick), avec des emblavures de 2,5 ha avec la variété Sahel 177. Les producteurs ont obtenu 342 talles au mètre carré. 
 
‘’C’est une technique développée pour le système irrigué, mais nous l’avons adaptée au pluviale en repiquant un plant de 15 jours d’âge avec des écartements de 25 cm et plus de la matière organique’’, a expliqué le directeur zone de l’Agence nationale de conseil agricole et rural (ANCAR) pour le bassin arachidier Sud, Abdoulaye Sy.
 
Selon lui, ‘’les résultats ont montré que sur les deux ans, le rendement des parcelles SRI est le double des autres parcelles’’ avec une moindre utilisation de semences. 
 
Cependant, il a plaidé ‘’pour plus d’aménagement dans les bas-fonds. ‘’On a un phénomène nouveau, le typha qui envahit les bas-fonds. Il gagne du terrain et réduit les surfaces rizicoles’’, a-t-il expliqué.

‘’C’est l’effet de l’élimination de la salinité et le typha progresse, il faut trouver des solutions’’, a dit le technicien de l’ANCAR, qui a demandé à l’Etat de faire parvenir du matériel agricole post-récolte aux femmes de ces localités.

SK/ASG