Ebauche de réponses à la demande croissante en eau d’irrigation des zones arides au Maroc
APS
MAROC-AGRICULTURE-INNOVATION

Ebauche de réponses à la demande croissante en eau d’irrigation des zones arides au Maroc


+++De l’envoyée spéciale de l’APS : Sokhna Bator Sall+++

Bouccra (Maroc), 3 mai (APS) – L’organisation à Bouccra (Maroc) d’un premier forum mondial sur l’agriculture bio saline est guidée par le souci d’apporter des réponses à la pression exercée sur la demande croissance en eau d’irrigation dans les zones arides, a souligné vendredi, Hajbouha Zoubeir, présidente de la Fondation marocaine Phos Bouccra.

‘’La tenue de ce forum permet à la fondation et à de contribuer à apporter des réponses à la pression exercée sur la demande en eau d’irrigation dans les zones arides aggravées par la salinisation mais aussi, de promouvoir l’émergence de découvertes scientifiques capables de transformer des vies’’, a-t-il indiqué à l’ouverture de la rencontre.

La thématique ‘’gestion durable de l’utilisation de l’eau saumâtre dans les régions désertiques’’ sera discutée sous différents angles avec une interaction entre la chimie des sols, les sciences végétales, la science de l’irrigation l’agronomie, la technologie appliquée des plantes et l’économie’’, a notamment expliqué la présidente de la Fondation Phos Bouccra.

Elle a par exemple présenté l’utilisation de l’eau saumâtre, comme une un modèle durable et adapté à la salinisation des sols au regard des résultats prometteurs enregistrés sur les périmètres irrigués de la commune de Foum El Oued (Maroc)

‘’Pour les eaux saumâtres, le niveau de salinité peut être de 5 % par rapport à celle de la mer. L’eau saumâtre se rencontre essentiellement à l’embouchure des fleuves, quand l’eau douce se mélange à l’eau de mer’’ a-t-elle rappelé.

Il s’agit d’une eau qui présente les caractéristiques de l’eau de mer mais dont la salinité est inférieure et variable, a insisté la présidente de la Fondation Phos Bouccra.

Evoquant le même sujet, Ismahane Elouafi, directrice du centre international pour l’agriculture bio saline, a expliqué que la recherche a permis de trouver ces solutions pour répondre à l’irrigation d’espèces adaptées aux cultures développées en terre aride.

‘’Nous ne pouvons cultiver dans ces zones en important une technologie d’ailleurs. Il faut cultiver avec l’eau mais également l’environnement dont nous disposons’’ a-t-elle soutenu.

Le forum international sur l’agriculture bio saline, ouverte vendredi doit s’achever samedi à Bouccra, une localité de la province de Laayoun, au Sud du Royaume Chérifien.

SBS/AKS