L’agriculture, ’’rempart contre les impacts négatifs du COVID-19’’ (ministre)
APS
SENEGAL-AGRICULTURE-COVID-19

L’agriculture, ’’rempart contre les impacts négatifs du COVID-19’’ (ministre)

Dakar, 4 oct (APS) - Le secteur agricole doit être "un rempart" contre les impacts négatifs de la COVID-19, estime le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, le professeur Moussa Baldé.

"Il faut dire que l’agriculture, comme l’avait dit le président de la République, doit être un rempart durant cette crise de Covid19. C’est pour cela que cette année, des moyens exceptionnels ont été octroyés au ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural", a-t-il déclaré.
 
Le professeur Baldé intervenait samedi soir lors d’une conférence virtuelle organisée par l’association "Jenku Fouladu" dont il est membre fondateur et qui regroupe des ressortissants de la région de Kolda vivant dans d’autres contrées du Sénégal, en Afrique et dans la diaspora.
 
"Actuellement, nous vivons dans un cadre exceptionnel. Nous vivons tous la pandémie de Covid-19 qui a démarré en fin décembre (en Chine) pour se répandre dans le monde entier. Cette maladie, partie pour être une épidémie, est devenue finalement une pandémie mondiale avec des conséquences économiques insoupçonnées", a souligné le ministre de l’Agriculture, également président du Conseil département de Kolda depuis 2014. 
 
Le professeur Baldé, enseignant à la Faculté des sciences et techniques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, a dit espérer cette année "une production agricole exceptionnelle" partout dans le pays, en raison notamment d’un bon hivernage.
 
"Dieu nous a gratifiés d’un très bon hivernage et je pense qu’un peu partout, on s’attend au Sénégal à une production exceptionnelle", a-t-il dit.
 
Il est longuement revenu sur son parcours de "fils de paysan", jusqu’à son arrivée au poste de ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural le 7 avril 2019, un secteur qu’il dit bien connaître compte tenu de ses origines familiales.
 
"Je peux dire que j’ai eu de la chance. C’est que je suis fils de paysan. Jusqu’à l’âge de 20 ans, un de mes boulots, c’était d’aller aux champs. J’ai l’agriculture dans le sang. C’est un milieu que je connais vraiment", a insisté le professeur Baldé, ex-directeur général de la société de développement agricole et industriel du Sénégal (SODAGRI), avant son entrée dans le gouvernement. 
 
SG/BK