La PCA d’Enda plaide pour la préservation des terres dans les zones agricoles
APS
SENEGAL-AGRICULTURE

La PCA d’Enda plaide pour la préservation des terres dans les zones agricoles

Keur Moussa (Thiès), 17 juil (APS) - La présidente du Conseil d’administration d’Enda Tiers-Monde, Marième Sow, a invité samedi producteurs, pasteurs, élus locaux et chefs de village de la zone des Niayes, à veiller à la préservation du foncier, face à l’accaparement des terres par des spéculateurs.
 
Mme Sow s’exprimait lors d’un forum de réflexion et de partage sur les 7 principes élaborés par la société civile, les ONG, les groupements de producteurs et les acteurs. Ces principes sont censés participer à mieux prendre en compte les intérêts du monde rural dans le cadre de la nouvelle loi sur la reformes foncière et de l’avènement de l’Acte 3 de la décentralisation.
 
L’atelier de partage, présidé par le maire de la commune de Keur Moussa, Momar Ciss, a noté la présence des chefs de village, des conseillers municipaux et des groupements des femmes productrices de la zone de Diender et des Niayes.
 
Aujourd’hui, il faut, dit-elle, une concertation entre les élus locaux, les populations et tous les acteurs, afin de mettre en place une bonne gouvernance foncière, qui éviterait que les communautés tombent dans le piège des promoteurs et spéculateurs fonciers, en vendant de manière anarchique leurs terres.
 
Selon elle, l’Etat, tout comme toute la communauté, a le devoir et l’obligation de veiller à la préservation des terres pour les futures générations, mais également de permettre aux producteurs, aux agriculteurs et aux éleveurs de disposer d’espaces.
 
Elle a également rappelé à l’Etat la nécessité de prendre en compte l’espace rural pour les producteurs et les éleveurs, dans le cadre de la mise en œuvre des grands chantiers de l’Etat. Elle explique que l’agriculture participe fortement à l’émergence économique du Sénégal.
 
De son côté, Meissa Faye, président de la Fédération ‘’Wotté Benno Indi Natangué’’ (WOBIN), de la zone des Niayes, affirme que le développement passe nécessairement par l’unité et l’entente entre tous les producteurs.
 
L’objectif est, selon lui, de réaliser les objectifs en matière de croissance économique, grâce à une production agricole accrue, doublée d’une agriculture performante, pour favoriser un développement durable.
 
Selon lui, le forum organisé sous l’égide de la commune de Keur Moussa, de l’ONG Enda Pronat et de la fédération WOBIN permet aux acteurs de partager les principes de bonne gouvernance foncière, face à la nouvelle loi sur la réforme foncière et de l’Acte 3 de la décentralisation, pour faire face aux nouvelles mutations et pour la préservation des terres.

BD/ASG