Horticulture : le PIESAN installe sa première société coopérative de la région de Thiès à Darou Khoudoss
APS
SENEGAL-HORTICULTURE-COMMERCIALISATION

Horticulture : le PIESAN installe sa première société coopérative de la région de Thiès à Darou Khoudoss

Darou Khoudoss (Thiès), 24 juin (APS) - Le Projet d’intensification de l’agriculture éco-soutenable dans la zone des Niayes (PIESAN) a installé, jeudi, à Darou Khoudoss, sa première société coopérative de la région de Thiès.

Cette société a été installée au profit de l’Union des maraîchers du littoral (UML), en vue d’aider ses membres à commercialiser leur production et à s’organiser ’’pour plus de valeur ajoutée dans les chaînes de valeur’’, a expliqué Serigne Cissé, conseiller en développement organisationnel du PIESAN.
 
Selon lui, c’est la deuxième société installée depuis le début du projet, après celle de Kébémer.
 
Le PIESAN veut contribuer à ’’atteindre la sécurité alimentaire et le développement rural du Sénégal par l’adoption et le renforcement d’une agriculture durable et rentable dans la zone éco géographique des Niayes’’, relève un communiqué.
 
Il entend tenir compte des préoccupations des jeunes et des femmes.
 
Ce projet lancé en octobre dernier, compte aider à la création de 30 sociétés coopératives dans 20 communes de la zone des Niayes, de Dakar à Saint-Louis, en passant par Thiès et Louga.
 
Dix structures seront montées par an, pendant les trois ans que va durer le projet. Quatre sociétés seront créées à Thiès en 2021 et en 2022, a par ailleurs annoncé le conseiller en développement organisationnel du PIESAN.
 
 Cette année, 6.400 producteurs seront enrôlés, a dit Serigne Cissé.
 
D’un budget de 6,5 milliards FCFA, le projet financé par le gouvernement du Sénégal et l’Italie, vise à faciliter à travers ces sociétés coopératives, la commercialisation de la production maraîchère, l’organisation et la distribution d’intrants dans la zone des Niayes. 
 
Les membres de la coopérative devraient verser 10.000 à 20.000 francs CFA, ou plus, en guise de parts sociales dans la coopérative. 
 
Le PIESAN devrait de son côté aider à la formation de 700 maraîchers en éducation financière, de 700 autres en marketing. 
 
Quelque 1.350 horticulteurs devraient aussi être initiés à la démarche qualité, entre autres initiatives retenues dans le cadre du projet. 
 
Le président de la société coopérative de l’UML, Sohibou Diaw, s’est réjoui de cet appui.
 
’’Aujourd’hui, beaucoup de produits pourrissent sous les arbres dans les champs’’, faute de commercialisation, a-t-il déploré, notant que la difficulté à vendre leurs légumes, reste la ’’maladie’’ des maraîchers.
 
Par le passé, l’UML avait eu à exporter un conteneur d’oignons vers l’Espagne, a poursuivi M. Diaw, selon qui cela n’a pu se poursuivre, faute de pouvoir atteindre les quantités requises.

ADI/BK/ASG