FSIL, un projet destiné à renforcer la qualité de la filière lait
APS
SENEGAL-ECONOMIE

FSIL, un projet destiné à renforcer la qualité de la filière lait

Dakar, 5 août (APS) - Le projet "Food safety innovation lab’’ (FSIL), lancé ce jeudi à Dakar, ambitionne de contribuer au renforcement de la qualité de la filière lait, dans le nord du pays, a appris l’APS de son responsable.
 
 
"Le projet Food safety innovation lab (FSIL) va porter sur la chaîne de valeur lait. Il va être déroulé dans la région nord, à Saint-Louis et Matam. L’accent sera mis sur le renforcement de la qualité dans la filière lait", a expliqué son coordonnateur, Younoussa Diallo, également chef de la division contrôle et qualité à l’Institut de technologie alimentaire (ITA).
 
Il intervenait, jeudi, lors d’un atelier de lancement du projet FSIL, qui mettra l’accent sur le "renforcement des capacités en matière de sécurité sanitaire des aliments au Sénégal et l’amélioration de la résilience de la chaîne de valeur laitière par le biais du renforcement du partenariat public-privé".
 
Ce projet financé par l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) à hauteur de 700 000 dollars, soit 387 millions 673 mille 230 francs CFA, va durer 3 ans et 6 mois.
 
Selon Younoussa Diallo, le FSIL mettra l’accent sur la sécurité sanitaire des aliments. "Dans la zone nord, la filière lait est très importante avec une bonne production laitière, mais la transformation pose problème", a-t-il rappelé.
 
"C’est cet aspect que nous voulons améliorer pour que chaque Sénégalais puisse consommer des produits laitiers de qualité et qui sont sains", a poursuivi le coordonnateur du projet.
 
Le représentant de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA), Ndjido Kane, a lui rappelé l’importance pour les acteurs de "proposer aux Sénégalais des produits bons et sains afin de garantir la qualité de ce qu’on consomme".
 
"La chaîne de valeur lait doit pouvoir être un moteur économique. Pour cela, il faudrait déjà, au niveau étatique, qu’on mette des dispositions afin d’empêcher l’importation du lait et encourager la production locale’’, a-t-il suggéré.
 
En plus de l’USAID, le projet travaille avec l’ITA, l’ISRA et le Conseil national pour le développement de la nutrition (CNDN).

AT/ASG/BK